Bref, j’ai encore pleuré…

Mon esprit est depuis 5 ans le lieu idéal de grands débats intérieurs et sans fin :

La vie d’expat’? Ouais, c’est super ! Découvrir une nouvelle culture, sortir de sa zone de confort, tester ses limites, c’est la plus belle expérience qui me soit arrivée !

La vie d’expat ? Ouais, c’est pas trop mal… Découvrir une nouvelle culture, sortir de sa zone de confort, tester ses limites, c’est l’expérience la plus difficile qui me soit arrivée…

Non mais attends, tu rigoles ! Tu te rends compte de la richesse de ce que tu vis ! Chaque jour est un véritable challenge !

Ah oui, ça c’est bien vrai, chaque jour est un véritable challenge…

Franchement, tu te verrais retourner en France ?! Les gens qui râlent en voiture, l’hiver interminable, les magasins fermés entre midi et deux !

Franchement, tu te vois rester aux US ? Les gens qui polluent en voiture, l’été interminable, les magasins qui vendent du jambon sans goût et de la crème de marshmallows qu’on sait même pas à quoi ça sert…?!

Et ton travail que tu adores ? Et tes amis du bout du monde ? Et ta vie quotidienne version ClubMed ?!

Et ta famille…

Exceptionnelle vie d’expat’!

Putain de vie d’expat…

Bref, hier j’ai dit au revoir à ma famille pour un an et j’ai encore pleuré…

rainbow-182078_640

17 commentaires sur « Bref, j’ai encore pleuré… »

  1. Je partage ma vie entre le Canada et la France depuis plus de 20 ans. Quand je suis en France, je m’ennuie du Québec et quand je suis au Québec, je m’ennuie de la France. Cette dualité est normale. Pour l’expat qui s’est attaché et habitué à sa terre d’accueil, c’est comme de choisir entre son père et sa mère. Impossible! Donc, je pense que pour le reste de ma vie, j’aurai toujours un pied dans chaque continent et un océan qui compliquera les déplacements.

    1. Exactement ! C’est une dualité à vivre au quotidien, impossible de choisir ! Ton commentaire m’inspire un nouvel article du coup 😉 Merci à toi pour ton message et bon courage pour équilibrer cette balance !

  2. Jamais facile de dire au revoir pour un an… Courage, malgre les millions de doutes qui nous assaillent (trop) souvent, je crois qu’on est bien la ou on est 😉
    Bon retour!

  3. Comme je te comprend. C’est tellement dur de partir pour aussi longtemps. Je garde les lunettes de soleil tout le long du voyage de retour et puis de voir les enfants pleurer ca me fend le coeur un peu plus. Courage à toi

  4. Que c’est compliqué… Je pensais que plus les années passaient et plus c’était simple, tu ne me rassures pas 😉 Je décolle demain matin pour Paris, j’espère que je n’aurai pas le coeur trop serré en rentrant dans deux semaines. Je te souhaite beaucoup de courage. Et pour l’été interminable, viens passet quelques jours à Seattle, tu seras dépaysée :p

      1. Toi, tu vas finir par me voir débarquer à Seattle à force de m’inviter ! 🙂 Sans rire, bon courage à toi pour le retour, c’est pas facile mais c’est aussi ça la vie d’expat… A bientôt !

  5. Je crois qu’on ne peut comprendre ce que tu dis que lorsqu’on l’a vécu ! La vie à l’étranger est loin d’être de tout repos et peu importe la situation de chacun/chacune (nous ça va faire 7 ans qu’on est parti). C’est difficile à expliquer car on vit un rêve pour la plupart des gens qui ne sont jamais parti (ou simplement en voyages). Ils idéalisent complètement la vie d’expat, et puis quand tu vis en Floride comme c’est mon cas, c’est encore plus le délire : plage, palmier, fiestas, soleil à l’année… c’est qu’on ne passe pas nos journées à la plage les amis 😉

    Moi je trouve les retours en France épuisants : Il faut essayer de voir un peu tout le monde (sinon après certains se sentent vexer), on te fait manger et boire plus que de raison (oui, c’est tout ce qu’on veut après avoir été priver pendant des mois de crème de marron/pralines/yaourts avec du goût/bon vin pas cher/fromages qui puent, etc.. mais quand même, le rythme est un peu dur à suivre pour l’estomac), les nouveaux bébés qu’on à peine le temps de serrer dans nos bras, les « au-revoir, on se donne bientôt des nouvelles »…. et tu repars dans ton pays à la fois triste, heureux, et en pensant que tu vas finalement enfin pouvoir te reposer, parce que c’est plus digne du marathon que des vacances ce qu’on vit sur place ! (j’exagère à peine). Mais bon, on l’a choisi, alors il faut faire avec 🙂

    Bon courage en tous cas, et profite un maximum de l’expérience que tu vis !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s