Ces petites choses que je n’aime pas dans la vie au Texas…

Il paraît que si je regarde dans le rétroviseur de ma vie, je viens de passer 1/6 de mes quelques années d’existence ici, au Texas. Si j’enlève l’époque où j’étais trop petite pour analyser les choses, et l’adolescence où j’étais bien trop bête, il se trouve que cette tranche de vie de 5 ans et demi représente une part non négligeable de tout ce qui a contribué à ouvrir mes yeux d’adulte. La semaine dernière, je vous ai présenté un petit bilan personnel de l’année 2016 en même temps que mes vœux (à lire ici), et ce petit exercice m’a donné envie de faire également un bilan de toutes ces années passées ici, aux US.

 

Je ne sais pas comment vous mangez votre jardinière de légumes (attendez, vous allez voir le lien !), mais moi je mange toujours les carottes en premier, parce que c’est ce que j’aime le moins, comme ça après c’est fait et on n’en parle plus ! Bon et bien je vais faire pareil pour ce bilan : je vais analyser d’abord ce qui me déplaît ici dans deux articles (j’ai essayé de le faire en un seul article, mais j’avais trop de choses à dire!), pour pouvoir me concentrer dans un prochain article sur ce que j’aime vraiment et qui me fait rester ici malgré toutes ces années !

 

Je ne vais pas vous parler aujourd’hui de ce qui me déplaît dans ma vie d’expatriée. Ma famille, le fromage et les balades au grand air me manquent (à mettre dans l’ordre que vous voulez), mais c’est un choix personnel que j’ai fait et qui n’a rien à voir avec le Texas en lui-même. Je vais essayer d’analyser ce que je vis plus finement pour vous montrer le fonctionnement de la société américaine, et non juste en fonction de mon propre cas. Évidemment, je vais être obligée de faire des généralités. C’est d’ailleurs pour ça que je ne vais parler que du Texas, car ce que je vais écrire n’a par exemple pas lieu d’être à New-York ou en Californie. On est des cow-boys, nous !

L’écologie

N’en déplaise à notre cher Trumpounet, le réchauffement climatique est une réalité et les conséquences de la pollution humaine sont un vrai désastre. Voici donc une des choses que je déteste le plus ici : le manque de conscience écologique.

Je pourrais vous trouver des exemples à la pelle : les pick-ups qu’on change tous les 2 ans, les caissiers qui mettent 2 articles par sac plastique, l’utilisation massive de Round-up et d’engrais, l’arrosage automatique par temps de pluie, la clim en plein hiver, les goodies (tous ces petits objets inutiles qu’on s’offre à chaque occasion et qui finissent à la poubelle dès le lendemain), des boîtes dans des boîtes dans des emballages dans un sac plastique, des piscines dans chaque jardin…

Tout ceci me contrarie à un point, vous ne pouvez pas imaginer !

 

xqnmrj2qqju2w4xjgcgqme7tbfa

 

Je vais vous raconter une petite anecdote : quand nous sommes arrivés, dès le premier jour, je me suis retrouvée confrontée au problème du recyclage. Moi qui triais tout depuis une éternité, j’ai eu un mal fou à jeter ma bouteille en plastique dans une poubelle classique. Avec Olivier, on a donc commencé à stocker des montagnes d’emballages qu’on allait jeter régulièrement à la déchetterie. Chiant, je vous assure. Au bout de 2 ans, on a découvert qu’on pouvait demander à une société de passer une fois par semaine pour relever notre poubelle verte. Pour pouvoir recycler, nous avons dû… payer ! Chiant bis, je vous assure. A cette époque là, dans notre quartier, nous devions être 3-4 maisons à avoir choisi ce système, et je ne pense pas que le reste de la population s’embêtait à aller à la déchetterie, si vous voyez ce que je veux dire…

Et puis un soir, en rentrant du travail, j’ai découvert des bacs en plastique bleu devant toutes les maisons… Sans prévenir, du jour au lendemain, le recyclage gratuit était né ! Et depuis, vous savez quoi ? Tous les lundis matin, devant toutes les maisons de notre rue, on retrouve ces fameux bacs bleus plein à craquer d’emballages… C’était donc aussi simple que ça ! Il suffisait que la ville se bouge un peu les fesses pour fournir à ses habitants un système de prélèvement des déchets, et tout le monde s’y est mis !

 

pollution-1741148_640

 

J’ai l’impression qu’au Texas nous sommes au même stade qu’en France il y a 20 ans, quand les consciences ont commencé à se dire qu’il y avait un problème avec la pollution mais sans savoir vraiment quoi faire au quotidien pour changer cela. Ne plus utiliser des sacs plastiques jetables dans les magasins est devenu un réflexe en France, nous n’en sommes pas encore là ici. Les bons réflexes n’ont pas encore pris le pas sur les mauvais. Les gens vivent dans des maisons climatisées comme dans un frigo et ne pensent pas encore à essayer de diminuer la clim de quelques degrés pour sauver autant la planète que leur porte-monnaie.

 

Vous savez quoi ? Je n’en veux absolument pas aux américains de polluer autant car je pense que ce ne sont pas les plus grands responsables, loin de là. Comme le montre mon exemple du recyclage, les mentalités évoluent lentement, mais sûrement. Comme en France il y a quelques années, il faut leur laisser le temps d’avancer dans cette réflexion. C’est pénible car nous n’en avons justement pas, du temps, mais je suis sûre que ça va évoluer dans le bon sens. J’ai déjà vu des changements en 5 ans. En revanche, j’en veux A MORT aux magasins qui n’imposent pas les sacs recyclables, aux usines qui ne prennent pas les mesures nécessaires pour réduire leur impact écologique, à tous ces groupes qui privilégient l’économie à l’écologie. Espérons que d’ici quelques années, les autorités américaines imposeront un système plus strict à tous les magasins et aux firmes agro-alimentaires qui polluent autant la nature que nos propres corps (et hop, la belle transition pour la partie suivante !).

 

Se nourrir aux US, un vrai désastre…

Parfois, quand je suis au supermarché, je jette un coup d’œil aux caddies de mes petits compatriotes. Vous savez ce qui me choque le plus à chaque fois ? Ce n’est pas tous les produits transformés, les plats surgelés et autres sodas et chips qu’on y trouve, c’est la quantité de… viande ! Des côtelettes de porcs vendues par 25, des steaks de 3 cms d’épaisseur et 30 cms de long, de la viande, de la viande, de la viande… Moi qui en mange quand j’y pense (c’est à dire une fois tous les 10 ans, et que de la viande de très bonne qualité), ça me fait mal au cœur. Quand on connaît le désastre écologique que représente l’industrie du porc ou du bœuf par exemple, je ne comprends pas qu’on n’essaie pas de se limiter. Et je ne parle même pas de tous les produits qu’on y trouve, comme les antibiotiques ou les hormones de croissance. Les chaînes comme Chick Fill-A sont remplies à craquer de clients venant manger des pilons de poulets de batteries fris dans de l’huile de palme. WTF ?!

 

pizza-767221_640

(ouais, je sais, moi aussi il me fait vachement envie ce plateau-repas…)

 

Ici, tout est sucré, et quand je dis tout, je plaisante pas ! Le pain de mie est sucré, le bacon, le jambon, la moutarde, la sauce tomate, le pain, les plats cuisinés (et j’en passe) sont remplis de sucre, ou plutôt de « Corn Syrup », cet espèce de sirop de maïs collant qui est à lui tout seul un autre désastre écologique. Je me bats au quotidien pour trouver des produits « sans sucre ajouté ». Si je veux faire des croque-monsieurs, je sais que je dois acheter le pain de mie (bio) dans tel magasin, sinon mes croque-monsieurs seront immangeables tellement le goût du sucre est prononcé. Ici, je n’aime pas manger des pommes de terre, car les variétés proposées ont un goût trop sucré pour moi. Tiens, en parlant de sucreries, ça fait longtemps que je ne vous ai pas montré les gâteaux multicolores qui sont bourrés de crème, de sucre, de colorants et de Emachinchose ! Allez, avouez, je sais que ça vous manquait ! Alors hop, une petite photo pour la route !

 

jhoigshoe.jpg

 

Selon moi, il y a deux problèmes ici qui peuvent expliquer la question du surpoids ici (d’un point de vue purement nutritionnel car d’autres facteurs sont bien sûr à prendre en compte).

 

La première chose, c’est que les américains sont habitués tous petits à manger des produits excessivement salés, sucrés et gras. Ce n’est pas vraiment de leur faute, ils mangent les produits qu’ils trouvent, hein… Le palais des jeunes enfants se forment à ces goûts, et il est très difficile après pour eux de se réajuster à une alimentation plus neutre. De plus, il existe ici ce qu’on appelle de la Kid’s Food, de la nourriture spéciale enfants. C’est vachement varié en plus : nuggets, pizzas, Mac&Cheese (des Macaronis dégueux dans du fromage fondu dégueu, mon cauchemar…) et puis, euh… ah bah voilà, c’est tout. Bon appétit les enfants ! Bonne chance dans votre vie d’adulte !

 

La deuxième chose, c’est l’absence de culture de la nourriture. Il est très rare que les familles mangent ensemble à table. Chacun grignote quand il a faim, un peu de tout et de n’importe quoi. J’ai entendu parler de maisons où la cuisine avait été condamnée pour la transformer en chambre, c’est dire l’importance qu’ils y attachent ! En général, le petit déjeuner se compose de protéines (œufs, bacon…), le déjeuner est léger (à base de sandwichs) et le repas du soir est plus consistant. Entre, et bien on grignote. Le « snack » est l’équivalent de notre goûter, sauf qu’il est pris n’importe quand, et surtout plusieurs fois par jour.  Il n’est pas rare que les enfants mangent à midi juste un sandwich au « Peanut butter – Jelly ». Oui, oui, Google Translate vous a donné la bonne traduction : un sandwich au beurre de cacahuètes et confiture. Ceci expliquerait-il cela ?

 

Quitte à aller à contre-courant (au point où j’en suis de toute façon !), je suis intimement convaincue qu’on ne peut pas jeter la pierre aux américains vis à vis de la malbouffe. Si j’étais née américaine, je mangerais trop sucré, trop salé et trop gras moi aussi. Et vous aussi. Réfléchissez-bien : ce que vous mangez actuellement en tant qu’adulte est issu d’une longue tradition culturelle et familiale de notre pays qui a l’immense chance d’avoir une gastronomie développée, variée, et ouverte aux autres cultures culinaires. Ce n’est pas le cas des États-Unis qui a une histoire culinaire récente et restreinte. Les américains mangent ce qu’ils ont été habitués à manger depuis toujours. Qui va changer ça ? Certainement pas les groupes alimentaires qui ont trouvé un filon addictif en ajoutant plus de sucre et sel dans leurs plats que dans ceux de leurs petits copains. Plus c’est sucré et salé, plus c’est addictif. Plus c’est addictif, plus les gens aiment. Plus les gens aiment, plus ils achètent. Plus ils achètent, plus les autres groupes alimentaires vont sucrer et saler leurs produits pour récupérer des consommateurs. Ainsi va la vie économique de ce pays. Sincèrement, je n’accuse pas les américains, je les plains…

 

Je vais m’arrêter là aujourd’hui sur ces deux sujets (l’écologie et la nourriture) mais je pourrais en parler pendant des heures ! Si ça vous intéresse et si vous voulez plus d’informations ou d’exemples concrets, n’hésitez pas à me poser des questions en commentaires, j’y répondrai avec plaisir dans mon prochain article. Restez connectés, la suite est à venir dans la semaine, au plus tard lundi prochain !

Besos les amis !

54 commentaires sur « Ces petites choses que je n’aime pas dans la vie au Texas… »

  1. Pas très glorieux tout ça en effet… Et avec mes 5 mois de recul ici au Texas j’ajouterais le débit d’eau dans les douches et baignoires qui ne se règle pas et qui coule comme les chutes du Niagara, le besoin de trimbaler un gilet dans les magasins ou supermarchés tellement il y fait froid dès que la température dépasse 25degrés celcius dehors… Et dans le genre 40 ans en arrière la technologie des fours avec résistances chauffantes apparentes (même combat pour le lave vaisselle) 😢😢😢
    Vivement l’article sur les points positifs 😉

    1. Je disais comme toi pour les gilets en arrivant ici, et après 5 ans et demi je n’en emmène plus nulle part, mon corps s’est habitué ! Tu vois, il te suffit de rester encore ans et tu seras au top niveau gestion de la clim ! Bien d’accord avec toi pour les autres exemples que tu as cité !

  2. Alors, cela ne change pas beaucoup; j’ai vécu un en en Floride,surtout choquée par la nourriture; tout trop sucré, les poulets totalement avachis quand on enlevait le plastique, par contre on avait de gros sacs marrons dans les super-marché qui ne fermaient pas de la nuit…bonne journée!

  3. Très sympa cet article sur la vie hors de France, au Texas en l’occurrence. En ce qui concerne l’écologie, même si la France a l’air loin devant cette partie des états unis, c’est quand pas les leaders dans le monde, mais c’est toujours intéressant d’avoir la comparaison. Pour la partie culinaire, de mon point de vue mais je peux me tromper, la France est une exception culinaire! On dit que c’est la pays de la gastronomie, et on ne comprend vraiment pourquoi que le jour où on vit à l’étranger, ton édifiante description des habitude américaine le confirme. J’aime beaucoup que tu rappelles que si nous étions né américain nous ne serions pas différents que les mentalités bougent souvent par le haut, l’exemple des bacs bleus est flagrant 🙂
    Merci.

    1. Merci pour ton commentaire Xavier ! On dit en effet souvent que la France est une exception culinaire, mais je ne suis pas forcément d’accord 🙂 J’ai beaucoup (beaucoup !) voyagé et je crois que la nourriture la plus fine et diversifiée que j’ai goûté est au Japon. On retrouve là bas une vraie culture culinaire, tout comme en France. C’est vrai que notre pays a une chance immense d’avoir autant de plats, mais je pense que ce n’est pas le seul (et ouf pour la grande gourmande que je suis !). Bon par contre on est bien d’accord que les US sont loin derrière 😀

  4. En effet, la nourriture ne donne pas franchement envie ! Quelle horreur !!!

    Pour ce qui est de l’écologie, comment dire ? En France, on semble peut être plus avancés que le Texas mais c’est vraiment pas le top … Cet été, nous sommes allés en Italie et au niveau du tri, ça semblait quand même plus développé (enfin, l’Italie du Nord, les Alpes, et les parcs nationaux). Par contre, le sur-emballage, ils sont pires que nous ! L’autre soir, tu as réagi sur ma photo des ordures : elle est effectivement drôle mais parce qu’elle appuie là où ça fait très mal car on a de très gros problèmes avec les déchets ! Nous, on trie mais c’est une vraie galère car les poubelles sont rarement vidées et débordent très souvent :/ Et à côté de ça, le discours officiel : on passe au zéro déchet … Mais alors : développez le tri, vraiment. Mettez en place des filières de valorisation locales (au lieu d’exporter sur le continent). Qu’on développe aussi le vrac qui est inexistant ici sauf dans les très rares enseignes bio … Et encore, sur ce dernier point, on évolue : quand je suis arrivée, il y a 7 ans, il n’y avait qu’un magasin bio sur le bassin de vie Ajaccien, quasi-rien dans les grandes surfaces, aujourd’hui, on a au moins 5 magasins bio, un agri bio qui fait les paniers et le rayon des supermarchés est aussi étoffé qu’en France.

    Bon, je vais arrêter là mon roman. J’attends avec impatience la suite 😉 Bises

    1. En fait, tu présentes ici le noeud du problème : si on veut pouvoir évoluer, qu’on nous en donne les moyens !!! Développer le tri, mettre en place des composts, proposer du bio… je suis sûre que les gens s’y mettraient avec un petit coup de pouce !

  5. Toutes les raisons que tu évoques sont celles qui me rebutent et qui m’empêchent « d’apprécier » complètement les USA. Mais tu as raison quand tu expliques que les américains sont comme ça parce que c’est ce qu’on leur apprend dès leur plus jeune âge.
    Moi-même, j’ai énormément de mal à me détacher des mauvaises habitudes de mon enfance. J’ai vu ma mère, qui travaille à domicile, passer des heures et des heures devant la télévision. C’était son compagnon de route. Si bien que mon premier réflexe en rentrant du travail, c’était de l’allumer jusqu’au coucher alors que … Je ne le regardais jamais vraiment, et elle m’envahissait !
    Heureusement, rien n’est immuable et on peut prendre conscience de ce mauvais apprentissage qu’on a eu pour essayer de le modifier. C’est difficile, mais j’ai appris à me passer de cette télévision !

    1. Ton commentaire me fait sourire car j’avais écrit quelque chose dans cet article sur l’héritage familial pour les mauvaises habitudes, mais je l’ai finalement enlevé… 😉 Malheureusement, quand on veut se détacher de ce qu’on a appris pendant l’enfance, il faut avoir un bon exemple autour de soi, et je ne suis pas sûre que les jeunes ici en aient vraiment… Et puis tout est tellement cher, je ne pense pas que des jeunes puissent se permettre d’aller vers une alimentation plus saine…

      1. Il faut avoir un bon exemple oui, où il faut savoir que ce bon exemple existe et que des personnes font différemment, pour pouvoir se remettre en question !
        Et je dois avouer que le prix joue énormément c’est vrai ! Pour manger plus sain, même en France, je suis rebutée par les prix … Il faut s’écarter de la grande distribution et s’approcher de la vente directe pour trouver des produits sains à prix correct. Et c’est une démarche qui prend du temps alors je comprends tout ceux qui disent qu’ils ne peuvent pas se le permettre .. Les circuits courts et vente directe du producteur au client existent beaucoup au Texas ?

      2. Merci pour ta question, que je reprendrai dans un prochain article ! Pour faire court, il existe en effet des « petits » producteurs, on peut aussi trouver des sortes de paniers bios, mais la livraison est toujours hyper loin donc je ne participe pas… Et pas de petits commerces ici, tout s’achète en supermarchés 😦

  6. Hello,
    Ton article aurait pu être un article que j’aurais écris. Car cet été nous sommes partis en vacances en Floride. Et en faite, c’est le copier/coller de ta vie au Texas sauf que nous on ne l’a vécu que pendant 2 semaines et cela nous a suffit. Je suis revenue écœurée de cette consommation à outrance et de tout ce gâchis alimentaire. Le pire c’est qu’on ne les sent pas du tout impliqué par l’écologie. Je me souviens que dans les « Malls » j’avais un gros pull tellement la clim. fonctionnait au max. on était frigorifié. Pour manger, je devais prendre un menu enfant car les quantités pour un adulte sont astronomiques. (Et même le menu enfant, on se demande comment l’estomac d’un enfant normalement constitué peut ingurgité une telle quantité de nourriture et de gras). Petite anecdote : un midi on cherchait un resto. On est rentré chez Wendy’s, alors la, c’était comment dire l’apocalypse dans on estomac. j’ai pris mon fils j’y suis ressorti aussitôt. Impossible de me nourrir et de nourrir mon fils avec ça. (du bacon dégoulinant, de frites grasses, et j’en passe….les photos affichées à l’intérieur ne donnait pas envie du tout).
    Je me souviens avoir fait plusieurs supermarchés pour trouver des fruits et des légumes. Et quand on en a trouvé, ils étaient très chers.
    Au final, on a passé de très bonnes vacances en famille mais qu’est ce qu’on était heureux de retrouver notre maison et notre frigo (remplit d’aliments sains). En revenant j’ai pas mangé de sucre ou très peu pendant 1 mois, tellement j’avais été écœurée….
    C’est vraiment inquiétant cette situation. Mais tant que l’argent dominera son monde, on est mal barré. Malheureusement tout s’achète, même la conscience des gens.
    Je suis entièrement d’accord sur le fait qu’on ne peut blâmer l’ado qui ne mange que ça car ça fait partie de son éducation. il ne connait que ça le pauvre. Aujourd’hui, il faut miser sur des campagnes d’éducations à grande échelle.
    Bonne Journée à Houston ;)-

    1. Wendy’s ?! Ah, ah, l’erreur de débutante ! 😀 Tu me donnes envie de faire un article sur les fast-foods, tiens ! Merci pour ton témoignage qui reflète bien ce que nous vivons au quotidien ici !

  7. Ton article m’a fait penser à ce que je vis en Angleterre. Surtout le passage où tu dis que tu regardes dans le chariot du voisin, je fais la même. Et cela me déprime aussi. Je pense que les anglais sont moins pires que les américains mais déjà pour moi c’est trop. Obligé d’acheter des marques françaises pour avoir moins de sucre/sel dans les produits et je cuisine de plus en plus pour éviter d’acheter ces produits. Hâte de lire ton prochain article.

    1. Merci pour ton commentaire, cela ne m’étonne pas plus que cela qu’il y ait aussi des soucis en Angleterre… Moi aussi j’achète des produits européens, c’est plus équilibré, mais par contre c’est moins bon pour l’environnement… Quel casse-tête alors que ça pourrait être si simple !

  8. Les mentalités et habitudes changent progressivement, tu as raison. Il faut du temps et il faut se bouger aussi.
    J’avoue que la nourriture semble peu alléchante. Du coup, où fais-tu tes courses? Et comment sont les supermarchés au Texas? Immenses?
    Pour l’écologie, j’ai l’impression qu’il faudrait davantage apporter / montrer ce qu’il serait bon de faire pour limiter les dégâts. En France on progresse mais c’est encore compliqué. Impossible de trouver des centres pour le compost en ville par exemple. Alors que ce ne serait pas si compliqué à mettre en place.
    Bravo pour les poubelles bleues! Comme quoi quand on s’y met à plusieurs et qu’on y croit, ça fonctionne.
    Belle semaine Miss!

    1. Je note tes questions, je pense que je referai un article sur les supermarchés pour y répondre ! Tu as tout à fait raison, si on se bouge et qu’on y croit fort, on avance vers un monde meilleur ! Belle semaine à toi !

  9. Bon tu commences l’année en vidant ton sac on dirait 🙂 je suis d’accord avec toi pour la nourriture c’est deseperant mais meme si c’est un peu galere de trouver des choses non bourrées de corn syrup on y arrive quand meme. Mon inquietude est plus de voir mes filles tomber dans cette consommation de mauvais produits. Elles veulent faire comme leurs copines, mais je ne lache pas, c’est a moi de leur montrer a bien se nourrir. Les US ont beaucoup evolue en 10 ans dans le choix de produits alimentaires, pourvu que ca dure….

    1. Tu as raison, je vide mon sac… et c’est pas fini en plus ! 😀 En effet, on peut trouver des produits de bonne qualité, mais à quel prix ? Combien de personnes peuvent acheter de la nourriture décente ? C’est tellement moins cher d’aller dans un fast-food… 😦 Je comprends ton inquiétude pour tes enfants, je me bats aussi tous les jours pour leur donner de bonnes habitudes alimentaires !

  10. Quand j’étais ado, je suis partie en colo aux States dans un campus. Ben j’étais contente de rentrer pour manger français ! Donc, je te comprends.
    Article intéressant, mais j’ai surtout hâte de lire tes points positifs (et j’espère qu’ils seront nombreux pour contrebalancer tout cela).

  11. Depuis le 1er janvier, les sacs plastiques sont interdits…
    ….Reste à inventer les sacs en papier solides pour les fruits et légumes. dans mon monop, c’est la cata, le sac se déchire une fois sur deux avant d’arriver à la caisse ! 😀
    C’est encore un mythe les grands sacs en papier dans les supermarchés américains ? Pcq il y a 20 ans, les américains en Egypte avaient un magasin réservés aux américains et je croisais parfois une voisin américain avec son grand sac en papier…..

    1. C’est une bonne question, je ne sais pas d’où ça sort ces grands sacs en papier qu’on voit dans les séries, mais c’est pas à Houston en tout cas ! Ici c’est du plastique bien polluant !

  12. Allez, allez, oui tout cela est vrai mais il est tout a fait possible de manger correctement a Houston. l y a Sprouts, Trader Joe, whole foods qui nous permettent de choisir de la qualite. Il faut cuisiner mais ceci est valable en France aussi… On verifie la composition et le tour est joue. Ces magasins encouragent leurs clients a ramener leurs sacs ( pas de plastique chez TJ).Je le fais tout simplement. Toutefois, pas encore de recyclage dans notre quartier…et la clim a fond dans les les malls et les bureaux me font toujours ronchonner…

    1. Tu as tout à fait raison, je vais dans les mêmes magasins que toi et j’achète des produits de base de qualité et après je cuisine ! Le problème, c’est que ça ne peut pas toucher l’ensemble de la population américaine, c’est beaucoup trop cher ! Par exemple ce matin je suis allée à Sprout, j’ai acheté des fruits, des légumes, un peu de jambon et de viande, quelques laitages et gâteaux, mais j’ai à chaque fois fait très attention à la composition, j’en ai eu pour 200 dollars… Peu de personnes peuvent payer une telle somme, surtout quand on compare avec le prix d’un menu dans un fast fodd…

  13. A NY, on a essayé de manger au resto pendant 2 jours, et entre chaque repas j’étais mal, j’avais mal au bide, la sensation de n’avoir que du gras en bouche etc… Après on a mangé au salad bar du Whole Foods, du porridge le matin et des pâtes le soir, et ça allait bien mieux.
    Peut-être que dans d’autres villes c’est différent, à San Francisco ?
    Contente que tu sois passée sur WordPress et ravie de te lire à nouveau.

    1. Oh, coucou Théa ! Contente de te retrouver ici ! Ca fait plusieurs mois que je suis sur WordPress 🙂 Malheureusement, le problème n’est pas la ville en elle-même, puisque même à Houston on trouve des produits d’excellente qualité, mais le prix est inabordable ! Je pense qu’à San Francisco ou ailleurs en Californie, le problème doit être le même : on mange bien, si on a de l’argent… Ca me fait râler ! A bientôt !

  14. Quand j’ai rencontré Panda, il voulait à tout prix habiter aux States et franchement rien que pour la bouffe je ne voudrais surtout pas vivre là-bas ! J’avais mon ancien professeur de Japonais qui habitait à Dallas qui me disait que la bouffe était immonde ! La Chine n’est peut-être pas mieux mais au moins tout n’est pas salé ou sucré !

    1. EN fait, tout n’est pas mauvais, on trouve même de très bons produits… mais à des prix inabordables pour la majorité des américains 😦 Nous on mange correctement, mais bonjour la note à la caisse à chaque fois ! C’est tellement moins cher d’aller dans les fast-foods que les gens ne se posent pas tellement la question…

  15. C’est drôle mais on a eu la même idée : moi aussi je parle de ce qui ne me plait pas au Japon 😉 Lors de mes séjours aux USA, j’ai été écoeurée aussi par la bouffe. Pas seulement la qualité, mais aussi la quantité ! Un plat d’un américain peut nourrir une famille de 3 personnes non-américaines il me semble. Au Japon, la cuisine est raffinée, les plats sont beaux à regarder et sains (sauf s’ils sont irradiés…). D’ailleurs, il y a très peu d’obèses, même si on commence à voir des jeunes un peu forts puisque les McDo ont fait leur apparition. Cela dit, certains produits me manquent comme le fromage ! Pour l’écologie, ici on trie ses déchets mais on nous donne des sacs plastique pour tout ! Je les refuse quand je peux et sinon je les recycle en n’achetant jamais de sacs-poubelle. J’ai hâte de lire la suite !

    1. Merci pour ton retour, tu sais que j’adore découvrir la vie au Japon à travers tes yeux 🙂 Concernant les quantités, ce n’est pas ce qui me choque le plus ici… Peut être que mon estomac s’est habitué ?! 😀 C’est vraiment la qualité pour moi le gros point noir, notamment celle de la viande…

  16. C’est marrant pour le Mac&Cheese, on en a achete recemment pour tester, vu que nos enfants sont dans une ecole americaine et que ca avait l’air d’etre la reference pour tous les petits copains… Ben oui c’est vraiment immangeable! Le bol a traine des semaines dans le frigo (au moins avec tous les conservateurs ca bouge pas d’un poil) avant qu’on ne le jette… Et pourtant, par principe, on ne jette jamais de nourriture 😉
    Merci en tout cas pour cet article qui vient eclairer autrement la societe americaine!
    … et une belle annee a toi et a ta famille 🙂

  17. C’est la même chose sur ces deux sujets là où nous vivons, en Californie !
    Nous n’avons pas de poubelles de tri sélectif, alors j’ai organisé un tri maison et régulièrement j’amène mon carton, papier, plastique et verre dans des déchetteries spécifiques. Mais vraiment peu de nos voisins font ça et tout va dans la poubelle classique.
    L’alimentation est une catastrophe. Les américains n’apprennent jamais à goûter, savourer et apprécier un plat… C’est vraiment dommage car ils passent à côté de tellement de choses excellentes !
    Merci pour cet article ! J’ai hâte de lire la suite 😉

    1. Tu viens de soulever un point très intéressant sur le fait que les américains n’apprennent pas à goûter. Je ne l’avais jamais pensé sous cet angle mais c’est vrai, ils ont des habitudes alimentaires toutes tracées et sortent très peu de ce qu’ils connaissent. Merci pour ton point de vue qui fait avancer ma reflexion !
      En tout cas, je pensais que la Californie était un peu plus en avance que le Texas, mais ça n’a pas l’air d’être le cas apparemment 😦

  18. moi en Californie il nous a fallu quelques jrs pour comprendre que petit n existait pas
    ou que nous n avions pas la meme notion de petit
    j ai pas mal mange de nourriture mexicaine finalement
    je me souviens des margaritas xxl , c est vrai que qd je suis rentrée en France et que je vois mes verres de coktails ça n a rien à voir
    j avais l impression qu’en Californie pas mal de nourriture bio
    j ai rencontré moins d obèses que je ne le pensais
    bien sur je ne suis pas naïve je ne suis pas allée dans tous les quartiers
    j imagine aussi que le bio est tplus cher
    je me souviens du prix ridicule des boissons gazeuses ou tacos
    et au Texas y a t il des pdts bio, healthy à des prix abordables ??

    1. Merci pour ton témoignage ! Il existe en effet ici de très bons produits bios et healthy, mais à des prix exhorbitants ! Difficile pour l’ensemble de la population de se nourrir convenablement à ce prix là…

  19. Je trouve ton article très intéressant! Merci de nous faire partager ce point de vue sur le Texas! J’ai hâte de lire l’article sur les points positifs! Je suis allée deux fois aux Etats-UnIs, et j’ai adoré leur gentillesse et leur sens de l’accueil, ça m’énerve les gens qui critiquent les Américains sans en avoir fait l’expérience (ce qui n’est pas ton cas of course!)

    1. Merci pour ton retour, et je vois que je ne suis pas la seule à apprécier la gentillesse et le sens de l’accueil des américains ! Ça va faire partie des choses qui me font rester au Texas 😉

  20. Pour la bouffe, c’est un peu comme au Québec. Pour des Français habitués au caractère quasi sacré des repas de famille et à la bonne chère, atterrir en Amérique du Nord peut être assez douloureux…

  21. Je suis terrifiée aussi par cette non conscience sur le écologie. Après une.ballade je me trimballe toujours plein de bouteilles et de emballages trouvés par terre. Il y a vraiment urgence pourtant

  22. Oh la la, les repas en famille c’est sacré ! ça doit faire drôlement bizarre de voir ça ! Est ce que tu milites pour le repas family auprès de tes amis américains ? (sans faire le dictateur hein !)

  23. Viens vivre a San Francisco !
    Ici on a 3 poubelles, plus qu’en france.Une que pour le compost, une pour le recyclage. San Francisco a une politique « zero dechet » maintenant (bon, j’aimerais quand meme voir la realite)

    Plein de legumes et fuits bio ici, et on mange beaucoup plus bio qu’en France (c’est moins cher qu’en France d’ailleurs)

    et comme il y a plein de cultures differentes, on peut manger Indien, Chinois, Japonais, Coreen, Nepalais, Chinois du nord ou du sud..et bien sur mexicain

    Bref ce n’est plus tellement les USA en fait ici. Vous avez des Dennys au Texas ? C’est quoi les chaines typiques de restaurants ?

    1. Hum, ça donne envie San Francisco ! Je suis sûre que ça nous correspondrait beaucoup plus que le Texas !
      On a des Dennys au Texas, mais je n’y suis jamais allée (je ne vais jamais dans les fast-foods). On a beaucoup de restos ici, de toutes les nationalités et ça c’est chouette ! En chaines on a de très bons burgers chez Five Guys ou Red Robin. Il y en a de très mauvais chez Wendy’s, Jack in the box, Taco Bell, Whataburger… beurk !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s