Vivre au Texas… Voilà pourquoi je ne peux plus m’en passer !

« Et dis donc chérie, si on partait vivre au Texas ? »

Dans une vie idéale : « Oh, quelle fabuleuse idée ! Le Texas, j’en rêve depuis toujours ! Tu te rends compte, les cow-boys intrépides, la gastronomie élaborée, l’écologie de pointe, la mode délicate, le climat tempéré ! Et les armes ! Et la religion ! On part quand ???!!! »

Dans la vie réelle : « Ah ?! Ah, ah ! Ah ah ah ah ah ah !!! Euh…? T’es sérieux là ? »

 

Je vous ai déjà raconté qu’avant de venir vivre au Texas j’étais déjà venue en 2007 à Houston, juste pour voir ? Que j’étais repartie en éclatant de rire, parce que jamais Ô grand jamais on ne me ferait mettre un pied ici pour y vivre ?! Que j’avais trouvé la ville horriblement moche et mortellement plate, que j’avais détesté la bouffe et qu’en plus je comprenais pas un mot de ce qu’ils marmonnaient ?!

Comme je vous l’ai expliqué dans mes deux précédents articles sur ce que je n’aime pas dans la vie au Texas (à lire ici et ), il y a des choses qui me rendent dingues ici, comme les armes, la malbouffe, l’écologie, la politique, le système de santé ou encore la course à la réussite… Vous avez été très nombreux à réagir à la lecture de tous ces problèmes et à me demander comment je fais pour rester ici. Parce que oui, j’aime la vie au Texas profondément, peut être même plus que la vie en France, et je crois que nous aurions beaucoup de choses à apprendre de ce pays pour vivre de manière plus harmonieuse dans le notre.

 

Texas, I love you d’amour, et je vais essayer de montrer au monde entier pourquoi maintenant !

 

L’espace

 

Avoir de l’espace, ce n’est pas qu’avoir une immense maison pour recevoir des dizaines de personnes constamment. Ce n’est pas que pouvoir se garer très facilement dans les parkings dans des places immenses. Ce n’est pas que se sentir à l’aise entre les rayons des supermarchés. Avoir de l’espace, pour moi, c’est pouvoir RESPIRER.

 

Certaines personnes n’aiment pas ces grandes étendues plates à perte de vue quand on roule aux US, mais pour moi c’est l’équivalent de la liberté… Avez-vous vu le magnifique film « Une histoire vraie » de David Lynch ? C’est l’histoire (vraie, donc !) d’un papy qui essaie de rejoindre son frère malade et qui, faute de moyens de transport, traverse l’Amérique rurale sur sa tondeuse à gazon. J’ai vu ce film plus d’un million de fois et j’ai toujours été bouleversée par les paysages qu’on y voit. Pas de sommets enneigées, pas de mer bleue turquoise, pas de forêts vallonnées, non… des champs, plats, à perte de vue, enivrants. De l’ESPACE, partout, tout le temps…

 

J’aime ce sentiment, c’est indéniable. J’aime me balader dans ces immenses villes quadrillées. J’aime rouler sur des routes interminables parsemées de ranchs. J’aime avoir la place de recevoir tous mes amis chez moi pour de grandes fêtes colorées. C’est un ressenti très personnel, et ce qui est vital pour moi ne l’est sûrement pas pour quelqu’un d’autre. Mais c’est incontestablement une des raisons qui me pousse à rester !

 

idaho-239691_640

 

La facilité de la vie au quotidien

 

Ici la vie est facile, vous ne pouvez pas imaginer. Rien n’est un problème, on trouve toujours une solution.

J’ai besoin de voir un médecin ? J’ai rdv dans la demi-journée.

Je vais faire mes courses ? Quelqu’un remplit mes sacs (recyclables!) pour moi.

J’ai oublié d’acheter du lait ? Les magasins sont ouverts jusqu’à 22h, voire même toute la nuit.

Je veux rendre un article alors que je n’ai plus de tickets de caisse ? Pas de souci, on va bien réussir à s’arranger. Et avec le sourire, s’il vous plaît !

 

Aller au restaurant avec un enfant n’est jamais compliqué. Ils ont toujours des chaises hautes, des coloriages et des crayons, un menu spécial enfants. Quand je cherche un article dans un rayon au supermarché, il y a toujours un vendeur qui vient voir dans la seconde si j’ai besoin d’aide. Quand les feux tricolores sont cassés, les gens s’organisent pour passer par ordre d’arrivée. Ils évitent même de bloquer les intersections en cas de fort trafic pour que les voitures qui roulent à la perpendiculaire puissent passer.

L’exemple le plus flagrant pour moi est la livraison de colis. Je commande énormément sur Amazon, et je suis toujours livrée rapidement, le colis est posé devant ma porte, que ce soit un livre, un ordinateur ou… une machine à laver ! Quand je rentre le soir, il m’attend bien sagement sur mon paillasson, et personne n’a même osé penser à y toucher (de peur que je me planque derrière mon massif d’hibiscus avec une arme à feu peut être…).

 

Après avoir connu les méandres de la vie en France, cette vie pratique me semble venir d’une autre planète… Mais que c’est bon de ne jamais avoir à se prendre la tête !

 

La liberté

 

Vivre au Texas me donne l’impression de pouvoir étendre ma vie dans toutes les directions. J’ai acquis ici un sentiment de liberté qui ne me lâche plus, l’impression de ne plus avoir de limites. Est-ce que c’est à cause de tout cet espace ? Ou bien parce que tout le monde s’en fout si tu sors le dimanche en pyjama et pantoufles ? Est-ce un reste de l’American Dream ?

 

Les US, malgré une histoire récente, ont toujours eu un pas en avant sur tout le monde. Peut être que je ne suis pas la seule à sentir ce vent qui porte dans ce pays de toutes les opportunités, de toutes les possibilités ? C’est un sentiment vraiment étrange à décrire et je ne sais pas l’expliquer plus que ça… Vous qui habitez aux US et qui me lisez, avez-vous aussi ce ressenti ?

 

woman-570883_640

 

La gentillesse et le positivisme des Américains

 

Voici les deux points que j’aborde en dernier, mais qui ont la toute première place dans mon cœur.

Laissez-moi vous raconter une anecdote : quelques semaines après mon arrivée, je suis allée faire un jour des courses alors qu’il pleuvait à torrents (Aaaahhh, le climat, je ne vous en ai pas encore parlé de celui-là !). Salomé était toute petite, donc en arrivant dans le magasin je la portais sous un bras tout en tenant mon parapluie de l’autre, et nous étions toutes les deux trempées. Arrivée devant les chariots, je me suis rendue compte qu’ils étaient tous mouillés, impossible de mettre Salomé dedans. J’étais en train de réfléchir comment fermer mon parapluie tout en évitant de poser ma fille sur le sol inondé, puis sortir un mouchoir pour pouvoir essuyer, quand un monsieur du magasin est venu spontanément avec un chiffon et, sans un mot, a pris mon parapluie pour le mettre dans un sachet et a essuyé un chariot pour moi. Je vous jure, je l’aurais embrassé si j’avais pu ! Devant mon avalanche de remerciements, il s’est fendu d’un naturel « Oh, you’re welcome » et est reparti nonchalamment à ses occupations.

 

On peut reprocher tout ce qu’on veut aux Américains, critiquer leurs achats irraisonnés, leurs habitudes alimentaires épouvantables, leur manque de discernement parfois sur des sujets brûlants du quotidien, mais s’il y a bien une chose qu’on ne pourra jamais leur reprocher, c’est de ne pas s’occuper de leurs prochains.

 

Tous petits, on leur apprend qu’ils font partie d’une communauté et qu’il est de leur devoir de penser à eux autant qu’aux autres. Les élèves font tous des journées de « Community Service » où ils doivent faire un geste civique. Cela peut aller du bénévolat dans une maison de retraite à du ramassage d’ordures, de la collecte d’argent pour une association à proposer ses services lors de grands rassemblements. A l’école de Robin, les élèves de 4th et 5th grade (CM1 et CM2) organisent tous les ans des ventes pour récolter des fonds pour la lutte contre le cancer des enfants. Cela existe bien sûr en France, mais ici c’est systématique et les enfants et les adolescents qui apprennent deviennent des adultes qui font spontanément des gestes pour les autres (par exemple, au travail d’Olivier, tous les employés ont une journée avant Noël où ils vont empaqueter des cadeaux pour les plus pauvres). Je pourrais vous donner des exemples à la pelle de la gentillesse des américains et de tous ces petits gestes qu’ils font pour rendre la vie plus belle au quotidien…

care-583240_640

Autre point que j’admire profondément ici : le positivisme. Les Américains ont des vies difficiles, avec un rythme bien plus soutenu que dans notre pays. Et pourtant, ils ne se plaignent JAMAIS. Ils ont une capacité de résilience folle face à la difficulté. Rien n’est jamais négatif, et ils élèvent leurs enfants à l’aide de « You did a great job ! » « It’s wonderful! » « What a smart person you are! « . Ils ne sont jamais avares de compliments, et ça frise le délire quand ça touche des enfants. Alors bien sûr, quand on les regarde avec nos yeux d’Européens râleurs et égoïstes (oui, j’ose le dire), on a l’impression qu’ils en font des tonnes pour rien. Que tout est faux, les mimiques, les phrases exclamatives, les encouragements au quotidien. Mais peu importe, en fait, parce que les résultats sont là. Les enfants sont sûrs d’eux, trop parfois. Les américains ont confiance en eux, ils sont fiers de qui ils sont et ils sont fiers d’appartenir aux USA. Et ils sont positifs, avec eux mêmes et avec les autres.

 

Je ne peux plus me passer de cette gentillesse, de ces attentions qu’ont les gens les uns envers les autres, de ce positivisme général qui est communicatif. D’ailleurs, je m’y suis mise moi aussi, et je fais des tas de compliments à tout le monde, bien plus que lorsque j’étais en France où c’est parfois mal vu. Si j’aime le pull de la serveuse, je lui dis et j’en rajoute une couche en lui disant qu’il lui va vraiment très bien. J’en fais des tonnes à mon tour, parce que ça fait du bien à tout le monde. A moi, d’encourager quelqu’un, et à ce quelqu’un, d’être encouragé. Et quand c’est à mon tour d’avoir besoin d’un peu de soutien, j’aime m’entendre dire que je suis incroyable et que « everything is fine, don’t worry ».

 

Je sais que ce que j’ai dit ce soir est un ressenti très personnel, et que ce qui me plaît à moi ne plaît pas forcément à d’autres expatriés aux US. Mais quand je mets dans une même balance les armes et la malbouffe d’un côté, et la gentillesse des américains de l’autre, il n’y a même pas photo. Je sais que parler de gentillesse et d’armes ensemble peut paraître incohérent, et pourtant je vous assure que c’est possible…

Les États-Unis sont un pays immense et complexe, avec une Histoire très particulière. La France me manque tous les jours, et il n’y a pas une seule seconde où je ne pleure le manque de ma famille. Mais être ici m’a fait découvrir de nouvelles valeurs et grandir sur un chemin que je ne soupçonnais même pas. Alors je serre les dents, et je poursuis mon apprentissage. Et quand j’estimerai que celui-ci est fini, je reviendrai vivre en France, pour faire profiter à tous ceux que ça intéresse tout ce que j’ai appris ici. Parce que c’est en s’ouvrant aux autres cultures qu’on fait évoluer la sienne dans le bon sens. Because sharing is caring…

Voilà, vous savez tout, et j’espère que j’ai pu vous faire découvrir une facette du Texas que vous ne connaissiez pas ! Il y a du bon à prendre de partout, même quand on ne soupçonne pas un seul instant son existence.

 

Venir vivre ici vous tenterait-il maintenant ? Et si vous vivez aux US, qu’est-ce qui vous fait rester ?

63 commentaires sur « Vivre au Texas… Voilà pourquoi je ne peux plus m’en passer ! »

  1. Avec la météo, la chaleur quoi! Hier, on regardait des photos de Houston (toujours en tee shirt short claquettes…). Ici, on pèle d’octobre à mai et parfois même en juillet, on met des pulls…!!!!! (Tu te souviens encore à quoi ça ressemble…?? 😉 )
    J’ai dû remettre 2 fois le short aéropostale qu’on avait acheté ensemble (en vacances en plus)!

  2. ah oui le positivisme je comprends très bien
    je n ai jamais vécu aux usa juste passé 2 semaines en Californie
    je me souviens de ma soeur qui me disait que personne à Point Loma à San Diego ne fermait sa porte de voiture à clef et que ça ne viendrait à l idée de personne d y faire quoi que ce soit
    c est un autre monde
    merci pour la découverte du matin

  3. très bel article 🙂 Cela fait un moment que je lis ton blog, nous venons nous installer à Houston dans 2-3 semaines, et quand je te lis, je me dis que nous avons fait le bon choix!

  4. J’adhere a 100% !!! Je retrouve dans ton article tout ce que j’ai adoré lorsque nous vivions aux US et tout ce que j’aime y retrouver lorsque nous y revenons. Les 2 ans passés la-bas m’ont profondément changée et ont modifié ma perspective au monde. Si j’essayais deja de positiver avant, c’est devenu maintenant ma facon naturelle de voir les choses. Tout comme toi, je pense qu’il y a du bon partout et qu’en étant expat, on a la chance de souffrir tres peu, voire pas du tout, des mauvais cotés (notre pouvoir d’achat nous permet d’aller chez Whole Food et de rentrer en France 1 fois par an, pour ne citer que ces exemples).
    Effectivement, le gouvernement americain aide tres peu les plus pauvres mais les eglises, les associations de volunteers prennent le relai bien plus que chez nous en France. Pour moi, les Americains preferent choisir a qui ils donnent et qui ils aident plutot que payer des impots supplementaires qui aideraient les gens sans distinction… Car il y a toujours chez eux cette notion de « mérite »… Si tu es pauvre, c’est peut etre parce que tu es trop fainéant pour travailler… Si ce n’est pas le cas, si tu te donnes du mal pour t’en sortir, alors oui, je suis pret a t’aider ! C’est en tout cas l’impression que j’avais lorsque j’etais la-bas… Qu’en penses-tu ??
    Sinon, pour un peuple que l’on accuse de ne pas s’interesser au reste du monde, je les ai toujours trouvé tres ouverts et sympas, meme en entendant mon accent Frenchie !

    1. Je pense exactement comme toi ! Je n’ai pas parlé de notre chance en tant qu’expatriés mais tu as entièrement raison, notre fort pouvoir d’achat nous permet de profiter de ce pays au maximum.
      Et en effet, les américains préfèrent choisir leurs combats pour aider, notamment via leurs églises ou communautés. C’est vraiment très paradoxal, ils aiment aider mais pas n’importe comment…

  5. Je n’aimerais pas spécialement vivre au Texas mais aux USA oui (quoique bon, après la récente élection moins). C’est mon rêve depuis toujours et mon voyage dans l’oues américain m’avait donné ce sentiment de « WOW » sur les 3 choses que tu cites d’ailleurs! (l’espace, la gentillesse et le positivisme).
    Comme je n’ai pas vraiment la possibilité (le courage?) de m’expatrier, j’essaie de mettre en application cet état d’esprit dans mon petit quotidien et faute d’énormes espaces, j’ai quand même pas mal d’espaces en vivant à la campagne 😉

    1. C’est marrant ce que tu dis, je pensais que les chinois étaient justement plutôt généreux… Comme quoi, il faut vraiment aller voir un pays en vrai pour aller au delà des idées reçues !

  6. oh que je suis contente de lire ton article . j’avais hate de voir ce que tu allais dire apres tes deux derniers articles et je suis tellement d’accord’avec
    toi, c’est tout’ce que je pense des US, c’est reposant , les gens sont gentils et positifs. et quand tu mets la balance des inconvenients avec celle des avantages, elle penche bien dans les avantages. ca ne coute pas cher de faire des compliments et d’etre gentil. comme dit mon mari a mes enfants, si t’as rien de gentil a dire, tais toi. bonne semaine

    1. Je suis contente de savoir que tu apprécies aussi cette vie si douce, je me demandais justement si c’était typique du Texas ou si c’était pareil partout aux US… J’ai ma réponse 🙂

  7. c’est la toute l’ambiguïté des états unis… faire attention aux autres mais manger trop de viande et surexploiter les ressources… en 96 j’y suis allée, voir mon cousin américain. il m’avait prêté sa voiture, et avec mon copain de l’époque on était partis en goguette. sauf qu’on est tombé en panne.. on a à peine eu le temps de sortir de la voiture que 4 gars sont venus pour la pousser et la mettre sur un parking juste a coté. une fois arrivés là, on était bien embêtés.. pas de smartphone à l’époque.. un autre gars qui était garé a coté de nous, nous a proposé de nous raccompagner chez mon cousin, a 30 mins de route quand même.. bon c’est sur qu’on s’est quand même demandé si c’était pas un serial killer (lol) n’empêche, heureusement qu’il était là !! on s’en est jamais remis !!

  8. Contente de lire et article et de savoir enfin ce que tu aimes au Texas. Finalement, il y a pleins de choses et c’est tant mieux, j’aime bien lire tes articles et plonger un peu plus dans la vie aux USA, car y a quand même beaucoup de positif et ça sera bien si ce courant pouvait traversée l’Atlantique. Les mentalités en France commencent à bouger, espérons que ça durera.

  9. Après avoir passé le week-end sur le net en recherche d infos diverses et variés, avoir compris que définitivement pour l’école il faudra faire des compromis, des choix… ton dernier article me donne l impression de sentir le vent frais et léger et il me donne envie de souffler! Souffler dans le sens respirer hein, pas genre raler! Espace, gentillesse, positivisme ça fait rêver! J aime cette idée de ressentir l’ espace tout en vivant en ville. Pour l instant 1000 questions se posent sur cette nouvelle expatriation mais si j ai un coup de mou j irais faire un petit tour par ici ça respire la gentillesse!!!

  10. j’ai adoré ton article, et j’en reviens pas que personne ne touche à ce qui est livré chez soi. En France, même dans les zones calme c’est quasi impossible.

  11. J’ai enfin pu lire ton article !!! J’avais envie de savoir ce qui te faisais rester 😉 Et puis, ça fait du bien de lire du positif… Pour les colis, c’est paradoxal: autant je ne suis jamais sure de la date d’arrivée et j’engueule souvent le transporteur, autant d’un autre côté, c’est à peu près comme toi c’est à dire qu’il est déposé derrière un volet, chez des voisins ou dans la boite sans aucun souci.

    Après, malgré ce que tu dis dans cet article, et la gentillesse des américains que tu vantes (et dont j’avais déja entendu parler), je ne suis toujours pas très motivée pour les usa et encore moins le Texas. Je préfèrerait le Canada ou l’Alaska…

  12. Entierement d’accord avec ces derniers articles, plus de positif que de négatif . Je suis allé 2 fois en vacances à 10 ans d’intervalle au Texas et en Louisiane et leur gentillesse est un vrai bonheur. Et bientôt une troisième j’espère. C’est un plaisir de lire tes articles, qui me rappellent que de bons souvenirs.

  13. Super article, comme d’habitude ! J’adore savoir comment est ta vie au Texas et tu nous permets de combattre des idées reçues. Je pense que le positivisme est quelque chose qui me plairait vraiment beaucoup car je suis de nature très optimiste et enjouée et je crois qu’être bienveillant et gentil avec les autres nous enrichit (comme tu l’as dit, celui qui fait un compliment est aussi heureux que celui qui le reçoit), et ça, j’adore !! Pour le sentiment de liberté et l’espace, j’ai du mal à imaginer car en vivant à Tokyo, on est les uns sur les autres, mais lors de mes voyages aux USA, j’ai pu apprécier les grandes étendues. La vie facile, c’est pareil ici et c’est très agréable. Je comprends que tu y sois heureuse, profites-en bien ! Bisous !

      1. Oui, je crois qu’on est faite pour s’entendre, ma petite Frenchie chérie 🙂 Promis, si je vais au Texas, attends-toi à ce que je débarque à Houston !

  14. Eh bien, j’imagine que les Texans sont très différents des New-Yorkais… A New-York, Je n’ ai croisé ni Dame gentillesse ni Dame Courtoisie. J’imagine qu’elles étaient en vacances à Houston!

    1. J’ai déjà entendu de nombreux témoignages comme ça, comme quoi les gens du Nord des US (notamment dans les grandes villes comme NYC ou Boston) sont beaucoup moins gentils que dans le Sud ! Tu confirmes donc ce que je soupçonnais 😉

  15. C’est assez marrant car finalement après qq années aux US, je partage globalement les memes sentiments que toi: liberté, facilite, opportunités… mais la question que je me pose est plutôt simple, n’aurais je pas connu des sentiments similaire en grandissant en France ? car finalement passer d’étudiant, a jeune embauche… puis expert…. n’aurait-on pas connu ce meme sentiment de liberté, associe quelque part a une réussite professionnelle, familiale et sociale ? Je ne le sais pas, mais je ne le saurais jamais…

    Ce que je sais par contre, c’est que d’un Etat a l’autre il s’agit du jour et de la nuit…
    Les qq années a Houston étaient sympa, on a apprécié, mais rien a voir avec la vie en Utah !

    Pour faire court: les personnes sont très différentes (beaucoup plus accessibles), météo plus proche de ce qu’on a l’habitude en France: avec un hiver et un été, énormément de possibilité d’activités extérieurs en toute saison, pas de moustiques, pas d’humidité, plus de clim… de la vraie pelouse, des parcs a portes de main et accessible le week-end: Yellowstone, Grand Canyon, Arches… 🙂 et j’en oublie forcement !

    Ca fait plaisir de voir que tu as retrouve un peu de positif… après ces passages plus noir.

    Vous êtes les bienvenu quand vous voulez 🙂

    Je suis sur Houston pour la semaine, je ne t’explique pas le choc !

    1. Hello Nico ! Quel plaisir de te lire ici ! J’espère que tout va bien pour vous et Hera en Utah 🙂 Fais nous signe quand tu viens sur Houston la prochaine fois !

      Pour répondre à ton commentaire, figure toi que je me suis posée exactement la même question que toi. Ici j’ai trouvé un travail que je n’aurais jamais pu avoir en France, j’ai fait plein de rencontres, j’élève 2 enfants… c’est peut être pour ça que je sens ce vent de liberté, mais ne le sentirais-je pas aussi si j’étais restée en France et que j’y avais fondé ma famille et développé mon activité professionelle ? Comme toi, je ne le saurais jamais…
      La vie en Utah a l’air chouette, je suis contente de savoir que vous vous y plaisez. C’est vrai qu’il y a d’autres États que le Texas, qui est parfois assez restrictif sur certains domaines. On y réfléchit aussi, la Californie ou le Maine nous font de l’oeil… On verra bien !

      A bientôt ! Des bises à vous !

  16. Merci pour ce bel article, qui me fait réfléchir.
    En France, je ne pense pas que nous soyons pessimistes?
    C’est sûr que je ne complimente pas les gens que je ne connais pas spontanément (ce n’est pas la même chose pour mes enfants ou mes élèves heureusement) mais c’est plutôt une forme de discrétion (rester à sa place) ou de timidité peut-être…

    1. Tu as raison, en France, c’est une question de culture, nous sommes plus discrets sur nos sentiments. Mais je trouve quand même les français plus pessismistes, et bien plus râleurs, il n’y a malheureusement aucun doute là dessus ! Je pense que c’est culturel aussi, parce que les français fonctionnent plus individuellement que les américains, qui sont plus dans la collectivité. A bientôt ! 🙂

  17. Nous vivons actuellement à Boston et partons dans deux semaines pour Dallas où nous venons de passer deux semaines de rêve pour choisir notre nouvelle maison. Nous sommes si impatients, le Texas, c’est une sorte de paradis!!

  18. Hello, je m’appelle Maëlys, j’ai 15 ans et l’année prochaine je pars étudier un an aux États-Unis, et je viens d’apprendre que ce serait au Texas ! J’étais déjà ravie de cette nouvelle et ton blog me donne encore plus envie de partir xxx

    1. Bonjour Maëlys ! Bienvenue au Texas ! Je suis sûre que tu vas adorer, ça va être une super expérience pour toi ! Bravo de te lancer dans cette belle aventure qui demande beaucoup de courage mais va t’apporter beaucoup 🙂

  19. bien dit et bien vrai ! et c’est vrai d’un bout a l’autre du pays (ici en californie c’est pareil : mieux, parfois le facteur se trompe et on va apporter le colis, comme ca on discute)

    C’est ca que j’aime avec les USA c’est qu’on a tous l’impression de connaitre ce pays, mais en fait non et on est toujours surpris. Comme je dis a mes amis: venez confronter vos a-priori avec la realite.Et avant de venir, ecrivez 5 idees recues des USA

    heu,pour la nourriture je ne suis pas d’acord : les ribs aux Texas sont magnifiques ! J’y ai fait un break en avion (car moi j’aimes bien ca au contraire) a houston justement et les ribs et les steacks;mamamia !

    Enfin, il doit faire plus chaud au Texas qu’a San Francisco…

    1. Tu as raison, les idées reçues sur les US (et surtout le Texas!) ont la vie dure !
      Ce qui me dérange dans la viande ici, ce n’est pas le goût (miam les ribs!), c’est la qualité… Difficile de trouver une viande saine !

  20. Très bel article et très vrai sur tous les points. Je pense comme toi après avoir vécu a Houston pendant 5 ans. Aujourd’hui, je suis en Europe et ces grands espaces, la gentillesse, l’accueil, la bienveillance, le positivisme des Américains me manquent énormément. Houston, tu me manques!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s