Harvey : récit d’ une semaine hors du temps

Lundi dernier, mon mari, surfeur et donc toujours au point sur les prévisions météo, remarque quelque chose d’anormal dans le golfe du Mexique. Il en parle à ses collègues qui en rigolent. Le soir, plutôt inquiet, il me dit qu’un cyclone est peut être en train de se former et qu’il faut faire attention. C’est la première fois que j’entends parler de Harvey.

Mardi soir, je rentre de l’école avec mes enfants. Je suis fatiguée mais, voyant qu’il me reste un quart d’essence, je décide quand même d’aller faire le plein, au cas où. Une collègue nous envoie un message le soir, nous disant de commencer à nous préparer.

Mercredi matin, je vois en effet sur l’autoroute des panneaux lumineux qui indiquent qu’un cyclone se forme dans le golfe et qu’il faut tout de suite aller s’approvisionner en eau, en vivres et en essence. 6 ans à Houston, première fois que je vois cet affichage. Nous avons déjà de grosses réserves d’eau à la maison, mais aussi des lampes, des piles et des vivres. On va faire des courses le soir même, pour le frais.

Jeudi, le cyclone est dans toutes les discussions à l’école. On se demande si on va pouvoir venir travailler le lendemain. Le soir, la décision tombe : l’école sera fermée vendredi et lundi, au moins. Les magasins commencent à saturer et il est très difficile de trouver de l’eau désormais.

Vendredi, nous attaquons notre premier jour à la maison. J’écris un message sur ma page FB où j’avoue que j’ai peur. On me dit que ça va aller et que j’ai une maison solide, qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter. Alors j’essaie de ne pas m’inquiéter, d’autant plus que la journée se passe sans vraiment de pluie.  On finit les dernières courses, on s’occupe à l’intérieur. La France commence à peine à entendre parler de Harvey. Et ici, aux US, on fait même quelques petites blagues sur ce cyclone qui n’arrive pas.

Samedi, la matinée se passe sans encombre non plus. La pluie doit commencer à 14h. Et en effet, à 13h50, la pluie se met à tomber, fort. Ça va, ça vient. On occupe les enfants comme on peut. Mais le soir, au moment où on couche les enfants, on se tape de plein fouet un bras du cyclone. Les enfants en discutent avec nous, un peu inquiets. On les rassure, on accepte de leur laisser de la lumière pour les rassurer, et ils s’endorment du sommeil du juste très rapidement. De notre côté, c’est un peu moins drôle. On voit l’eau qui monte dans notre rue, et les profils Facebook de nos amis commencent à nous inquiéter. On se couche tard, et on dort mal. On vérifie l’état de la rue plusieurs fois dans la nuit. Un deuxième bras très violent nous touche vers 2h du matin. A cette heure-ci, nous ne savons pas si Harvey va continuer son chemin, ou s’il va retourner sur le golfe et donc s’intensifier. Nous prions tous pour que ce soit la première option. Ce que l’on sait, en revanche, c’est qu’il se déplace très lentement, et que plusieurs jours difficiles nous attendent, quel que soit son chemin.

Dimanche matin, c’est un peu dur. Certains amis sont inondés, d’autres ont vidé leur piscine pendant la nuit. On pense à tous ces gens qui sont en train de perdre leur maison, leurs souvenirs, leurs vies. La pluie a diminué. Une de mes copines tente un saut dans un supermarché ouvert juste à côté de chez elle, et elle y fait 1h de queue. Le reste de la ville est désert, tout est fermé. On ne reconnaît plus la ville de Houston, si active en temps normal.

Dimanche après-midi, la pluie repart de plus belle. On continue de s’occuper comme on peut, on reçoit des amis qui habitent dans notre rue. Nous, adultes, parlons sans cesse des conséquences de ce cyclone. Les enfants, eux, crient, courent, se font mal. 3ème jour à la maison, c’est dur de les contenir, et c’est bien normal.

Dimanche soir, nous avons tout juste le temps de coucher les enfants avant de lire une très mauvaise nouvelle : les réservoirs de la ville sont pleins, les autorités vont devoir évacuer le trop-plein afin que les barrages ne cèdent pas. Nous savons ce que cela signifie, et les messages très inquiets de nos amis nous le confirment : le lâcher des eaux, indispensable, va inonder de très nombreux quartiers, dont nous faisons potentiellement partie. Nous sommes très nombreux en zone d’évacuation volontaire, mais de toute façon, personne ne peut vraiment quitter sa maison : la pluie est revenue, et cette fois-ci ça ne rigole plus du tout. L’orage est dément et l’eau monte dans toutes les rues, inondant encore des maisons. Pour la première fois je commence à sentir de la fatigue. Physique, car on dort mal évidemment, mais surtout morale. Je commence à en avoir marre, et je m’inquiète beaucoup pour mes amis, et tous ces gens qui doivent être évacués en urgence. J’ai envie que tout ça s’arrête, j’ai envie de reprendre une vie normale, j’ai envie de sortir de chez moi. Mais il faut patienter, et une autre longue nuit nous attend. On se sent complètement démunis, on ne peut rien faire pour lutter contre la force de la Nature.

DSC_3107DSC_3111DSC_3110

Ma rue, dimanche soir…

Nous sommes maintenant lundi matin. Il pleut encore, mais moins. Nous avons toujours les pieds au sec, et nous nous sentons vraiment chanceux. C’est une maigre consolation face à l’ampleur des dégâts qu’a subi la ville. Nous recevons encore des messages d’amis qui doivent évacuer. Il est difficile de savoir encore le trajet final du cyclone, mais il semblerait que la plus gros soit derrière nous.

Et maintenant ? Les autoroutes sont presque toutes fermées, et il est encore impossible de se déplacer dans la ville. Les écoles publiques sont fermées pour une semaine. Nous sommes fatigués, mais soulagés d’avoir été épargnés. Nous pensons à tous ceux qui n’ont pas eu cette chance. Nous attendons maintenant la suite des événements. A quoi ressemble la ville au dehors ? Difficile de le dire, pour nous qui attaquons notre 4ème journée enfermés à la maison. Dans tous les cas, une chose est sûre, il faudra beaucoup de temps pour que le Texas et ses habitants se remettent du passage du cyclone Harvey…

24 commentaires sur « Harvey : récit d’ une semaine hors du temps »

  1. Courage, et cela fait plaisir de savoir que vous êtes en sécurité, cependant les infos locales restent inquiétantes pour les prochains jours: http://www.khou.com/weather/houston-weather-forecast/62951506

    « The National Weather Service says an afternoon rain band is developing, bringing heavy rain. About 4 to 8 inches of rain is possible and may cause additional flooding.

    Houston is still well within the « cone of uncertainty » and even if the track holds, don’t expect flood waters to disappear anytime soon. Most of the metro area will see another six inches or more of rain in the next two days, on top of the 24-30 inches we’ve already seen. However, previous forecasts called for another 15-30 inches of rain. »

      1. Les 2 réservoirs en amont: Barker (George Bush Park) et Addicks (Bear Creek Park) ont débordé cette nuit. Ce n’est jamais arrivé depuis leur construction dans les années 40. Donc maintenant on est branchés en direct sur les bayous.
        La prochaine nuit va être déterminante, heureusement les prévisions ne sont pas trop terribles: 60mm pour les prochaines 24 heures… Effectivement, je pense que l’on pourra souffler demain après-midi.

      2. Merci Nico de suivre l’évolution ! En effet, ça va mieux au niveau des pluies, le problème maintenant ce sont les réservoirs… On est toujours au sec, nous avons beaucoup de chance… Bises à vous 2 !

  2. En espérant que pour vous l’eau ne monte pas plus. Les images vues de france sont consternantes. bon courage à vos amis. ici, c’est trop de chaleur et de sécheresse !

  3. Ca doit être très difficile à vivre, ne pas savoir et attendre. Je suis heureuse de lire que toi et les tiens allez bien. Même si j’imagine que savoir ses amis et proches vivre des moments encore plus difficiles c’est compliqué. Un cyclone fait toujours des ravages qui mettent du temps à cicariser.
    Courage Sophie.

  4. Nous sommes de tout coeur avec vous. On comprend au combien la situation dans laquelle vous êtes pour y être passé il y a voilà 15 ans. Ton récit de ces derniers jours nous touche beaucoup, je comprends ta peur et ton angoisse. Mille bisous de France. Stéphanie et Clément ROUVIERE

  5. … C’est vraiment hallucinant…Toutes nos pensées depuis la Floride. Bon courage pour les jours qui viennent, que vos forces soient renouvelées. J’espère que toi et ta famille êtes toujours à l’abri, chez vous.

    1. Merci pour ton message ! C’est dur, mais nous sommes chez nous, au sec. Nous sommes vraiment très chanceux. Je vais continuer de donner des nouvelles régulièrement. Merci encore pour ton soutien !

  6. Bonjour

    Nous suivons vos difficultés depuis Paris avec attention. Ce n’est pas facile pour vous en effet. Nous pensons à vous et vous souhaitons tout le courage pour affronter, ou plutôt pour espérer que la nature vous épargne.

    Amicalement
    Ahmed B.

  7. C’est incroyable ce que mere nature peut faire comme degats parfois et comme on est completement démuni face a cela. Je suis contente que pour vous cela ne soit pas la cata mais desolee pour le Texas , ca va etre etre long avant que les choses reprennent leur court normal. Bon courage, j’ai deja vecu 15 jours hors de chez moi a cause des intemperies. je sais que c’est pas facile .

  8. Un passage vraiment éprouvant. Retrouver une vie paisible et sereine après ça ne doit pas être évident. L’essentiel, c’est que la famille soit là et en bonne santé !
    Courage à tous pour la reprise après Harvey.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s