Harvey : la reconstruction

Voici une semaine que le cyclone Harvey a décidé de faire un petit passage dont on se serait bien passé dans nos vies. Après quelques jours de stress pour tout le monde, c’est l’heure de la reconstruction.

Quand je parle de reconstruction, je pense bien sûr tout d’abord à la reconstruction matérielle. 136 000 structures ont été inondées, beaucoup par plus d’un mètre d’eau. A l’heure actuelle, il est encore très difficile de se déplacer dans la ville, et de nombreuses routes et autoroutes sont fermées. Les magasins s’approvisionnent petit à petit (par contre, ne cherchez pas de lait, du pain de mie, des œufs ou du bacon, les américains sont passés avant ! Visez les poireaux, ça, y’en a ^^). Certaines écoles sont entièrement inondées, et même si la rentrée des écoles publiques a été repoussée au 11 septembre, il va falloir beaucoup de temps pour redispatcher les enfants dans les écoles épargnées. La reprise va être très dure pour tout le monde, et la ville de Houston risque de devenir un bouchon géant dans les prochaines semaines. Mais cela passera avec le temps et la baisse du niveau de l’eau.

En revanche, quand je parle de reconstruction, je pense aussi à une reconstruction qui va prendre beaucoup plus de temps et qui va être beaucoup plus difficile à accepter : la reconstruction psychologique.

J’ai vu toute ma vie des images de catastrophes naturelles à la télévision. Ça avait l’air dur pour tous ces gens, mais je passais inévitablement très rapidement à autre chose. Mais là, une semaine après avoir vécu à mon tour ce passage hors du temps, je commence à mettre un mot nouveau sur ce qu’il s’est passé. Traumatisme. Jamais je n’aurais cru que ça pourrait être dur, d’autant plus que je n’ai rien perdu et que je n’ai même pas eu d’eau dans ma maison. Mais Harvey nous a fait vivre à tous un enfer. L’attente d’abord, puis la peur pendant la pluie déchaînée, puis les (trop) courtes nuits, les aller-retours pour vérifier le niveau de l’eau dans la rue, les mauvaises nouvelles sur Facebook, la famille et les amis inquiets, et puis l’évacuation, le fait d’être loin de chez soi pendant plusieurs jours, les rumeurs, les bulletins météo qui cherchent juste à faire peur, l’énervement de tous, le chaos en conduisant, le contre-coup, l’épuisement, et enfin nos enfants qui regardent de leurs yeux innocents une situation complètement subie dont on cherche à les protéger au mieux, nous, les parents.

J’ai lu différents textes disant que ce qu’on doit retenir de tout ça, c’est la belle solidarité qui s’est mise en place. Et en effet, ce qu’il se passe ici fait vraiment chaud au cœur. Les abris sont débordés par les dons et les mains bénévoles. Le monde entier a les yeux tournés vers nous. C’est beau, vraiment. Et c’est ce qu’on retiendra, c’est certain… quand le traumatisme sera un peu digéré.

Pour terminer ce post, je voudrais dire à tous les journalistes de « sensationnalisme » que c’est sûrement intéressant de faire de l’audience, mais que de balancer de fausses infos sur un possible retour de Harvey, la formation de sa petite cousine Irma, ou des barrages qui risquent de céder, c’est vraiment, vraiment difficile pour ceux qui cherchent tout simplement à savoir si oui ou non ils vont devoir sauver leur peau. Harvey ne s’est pas limité à la seule ville de Houston, et j’aimerais bien que les journalistes arrêtent d’oublier les autres villes sinistrées. Tout comme j’aimerais bien qu’ils mettent également au premier plan d’autres pays dans lesquels se passe actuellement exactement la même chose. Parce que dans ce genre de catastrophe naturelle on n’est pas américain, français, indien ou martien. On est juste un humain qui devra gérer toute sa vie le traumatisme d’avoir eu la peur de sa vie face à bien plus fort que soi, quel que soit son origine, ses croyances ou sa religion.

La reconstruction est en marche, et elle va prendre du temps. Encore une fois, je vous dis à tous un immense MERCI pour votre soutien, et particulièrement à mes amis pour leur accueil chez eux pendant 4 ajours. Merci également à tous ces inconnus qui m’ont écrit pour soutenir à travers moi tous les sinistrés de Harvey. C’est grâce à vous tous que nous pouvons désormais démarrer notre reconstruction.

18 commentaires sur « Harvey : la reconstruction »

  1. Une telle impuissance face à des forces naturelles si puissantes doit être effectivement très difficile, certainement impossible à se représenter tant qu’on ne l’a pas vécu. J’espère pour vous que le fait que votre maison n’a pas été touchée et que le quotidien pourra donc assez vite reprendre ses droits vous aidera sur ce chemin de reconstruction. Plein de bonnes ondes à vous tous.

    1. Merci pour ton message ! Notre maison n’a pas été touchée, nous sommes très chanceux ! Et en effet, il est impossible de se représenter à l’avance une telle catastrophe, j’ai été surprise d’être affectée à ce point…

  2. Un bon retour à « la normale » pour vous tous.
    Ce genre d’évènement fait relativiser les problèmes moins importants.
    Au final c’est les enfants qui le prennent le mieux non ? Bon courage à toute la famille. Prenez soin de vous.

      1. Aïe dur dur alors :/
        L’énervement va avec la fatigue. En fait, dès qu’on est fatigué, tous les désagréments qui l’on peut avoir vont de paire… Du repos pour tous ne fera pas de mal. Courage courage.

  3. J’imagine qu’il faudra du temps pour que le traumatisme s’estompe à tous points de vue Sophie.
    Prenez soin de vous!
    Je t’embrasse et t’envoie tout ce dont toi et les tiens avez besoin pour reprendre le cours de votre vie.

  4. Bon courage pour cette reconstruction autant matérielle que psychologique. J’ai vécu de la métropole Irma sur Saint Barthélémy ou réside ma soeur et sa famille. Nous avons vécu l’angoisse et surtout quand tu parles des journalistes je comprends ta colère. Je n’ai pas regardé la télé une seule fois pendant les événements pour ne pas subir ce sensationnel.Force et courage à toi et à tes proches

    1. Merci beaucoup ! Je souhaite beaucoup de courage à ta sœur et sa famille, j’espère qu’ils ont été relativement épargnés. Si je pouvais te donner un conseil pour l’avoir tout juste vécu, continue de les soutenir car l’après est aussi très difficile ! Je vois de nombreux amis en train de flancher en ce moment, et c’est clairement lié au traumatisme vécu. Merci pour ton soutien !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s