Premiers pas à Lisbonne

La vie est étonnante, parfois, et c’est vraiment beau à regarder. Il y a quelques jours, j’ai écrit un long article sur cette période de transition de 3 mois que nous venons de vivre. Je vous parlais de clefs perdues et retrouvées, de l’accueil et du soutien sans faille de nos familles pendant ces mois sans logement, d’une carte tirée par hasard dans un jeu, de nos tâtonnements durant toute cette phase de transition. L’article était prêt, photos à l’appui, et en voulant m’accorder un délai de 24h afin de pouvoir le relire une dernière fois, j’ai fait une fausse manip’ et j’ai tout effacé. Il était 23h et j’étais un peu désemparée, il faut bien l’avouer, car j’y avais mis tout mon cœur, découvrant mes émotions avec beaucoup de sincérité. Afin de ne pas perdre ce que je voulais dire, j’ai recommencé, mais il était tard, alors j’ai réécrit quelques phrases qui me plaisaient, quelques idées auxquelles je voulais me raccrocher, et la mort dans l’âme je suis allée me coucher.

Je viens de réouvrir ce premier texte. Je l’ai parcouru des yeux, et je l’ai refermé. Il n’a plus aucun sens aujourd’hui pour moi. Si je l’avais publié, cette période de transition serait restée encore ouverte quelques temps, le temps que vous le lisiez et que je réponde à vos commentaires. Il s’est effacé, sur mon écran, dans mon esprit, dans mon cœur et dans le temps. On m’a aidé à tourner la page, ne me laissant pas le choix que de poursuivre vers l’avant. Alors c’est ce que je vais faire à partir d’aujourd’hui : vous parlez enfin de Lisbonne et de cette nouvelle vie qui nous attend.

 

****************************

 

A vrai dire, avant d’arriver ici, je n’avais aucune idée d’où j’allais mettre les pieds. J’avais entendu parler de Lisbonne, comme tout le monde, d’autant plus qu’en ce moment c’est LA ville que le monde entier s’arrache, mais mes connaissances s’arrêtaient là. J’aime l’idée de cette découverte vierge, de ce tâtonnement timide du tout début de la relation. Je me sens comme une jeune fille qui peine à réprimer les battements de son cœur, effrayée par ce sentiment qui l’envahit et submergée par l’envie de se jeter tout droit dedans.

Que dire en si peu de mots pour décrire cette ville incroyable ?

Je vois des dédales de rues pavées, je vois un fleuve délicat, je vois un ciel bleu pur, je vois des arbres surprenants, je vois des maisons magnifiques, incroyablement décorées.

Je vois des gens sympathiques. Je vois des gens qui conduisent vite, qui sont fiers et qui vivent fort. Je vois des gens qui se figent, le regard fermé, lorsqu’ils découvrent que je suis « encore » une française. Je vois des gens se détendre quand ils comprennent que j’essaie du mieux que je peux de communiquer.

Je vois de nombreux poissons sur les étals, je vois des fruits inconnus, je vois un peuple fier de sa culture culinaire et je vois des gens prenant plaisir à s’attabler.

Je vois des touristes, partout, beaucoup, tout le temps. Je vois des transports bondés, des prix qui flambent, des portugais qui souffrent de l’étouffement de leur ville.

Je vois un peuple qui n’a plus les moyens de se loger.

Je vois encore tellement de choses. Des bruits, des odeurs, une langue à l’accent tellement particulier. Des gens qui rient et que je ne comprends pas, des gens qui crient et que je ne comprends pas non plus.

Je vois que je suis toute nouvelle dans cette ville. Et je vois que si elle accepte un jour de s’ouvrir, je plongerai en elle avec délice pour percer tous ces mystères que je vois et que j’ai hâte  de mieux comprendre au doux gré de mes pas.

 

img_9732

13 commentaires sur « Premiers pas à Lisbonne »

  1. Salut Sophie,
    très jolie texte. ça donnerait presque envie de se faire muter plus vite que prévu à Lisbonne. Non, je plaisante. Profitons de Houston avant de vous retrouver là-bas 😉
    Prenez bien soin de vous.
    A bientôt

    Aimé par 1 personne

  2. c’est fou toutes ces impressions. est ce que tu réalises que tu vas vraiment habiter là ? je me souviens que lorsque j’étais arrivée sur la région bordelaise en plein mois d’août, mon cerveau pensait que c’était les vacances, c’est quand j’étais encore là en septembre qu’il a réalisé qu’on restait pour de bon ! bonne installation camping ! 😉

    Aimé par 1 personne

  3. Quel beau texte, oui. Il y a beaucoup de français au Portugal ?
    J’aimerais y aller un jour car le grand-père de mon mari était portugais. Nous n’y sommes jamais allés…
    Je vous souhaite beaucoup de bonheur et de belles découvertes.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ton commentaire Gwen 🙂 Je ne sais pas s’il y a beaucoup de français au Portugal de manière générale, mais à Lisbonne c’est une invasion ! J’habite dans un quartier pas trop loin du lycée français, et du coup j’entends énormément parler français autour de moi, c’est affolant ! Je te souhaite de pouvoir visiter ce beau pays 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s