Vivre au Portugal : l’Histoire et les histoires

Parfois, lorsque je regarde la sublime Tour de Belem, de là où sont partis tant de grands navigateurs portugais pour découvrir le monde, je ne peux m’empêcher d’avoir un frisson. Comment moi, anonyme personne du 21ème siècle, puis-je me confronter à tant de souvenirs ? A-t-elle impressionné les navigateurs autant qu’elle m’impressionne ? Les a-t-elle inspirés autant que moi ? Ce symbole lisboète rassemble la beauté, l’Histoire, l’aventure, la liberté et la fierté en un seul bâtiment, à l’image du pays qui l’a érigé il y a 500 ans.

Le Portugal m’inspire, le Portugal me passionne. Suivez-moi aujourd’hui à la découverte de ce petit pays qui mérite bien, de par son passé et sa douceur de vivre, de se dresser fièrement face aux plus grands.

Bla bla

Blaahufdhkushfkhszkfvgdgf La Tour de Belem

Il m’aura fallu à peine quelques jours au Portugal pour tomber complètement sous le charme de ce pays. Cela semble évident de nos jours, vu comme il est mis en avant, mais il ne faut pas oublier qu’avant cet effet de mode, celui-ci est resté longtemps replié sur lui même, exilé au bout de l’Europe, souffrant face à une dictature terrible et ayant beaucoup de difficultés à rattraper un retard économique conséquent. Le Portugal d’aujourd’hui peine à refaire surface et à retrouver sa splendeur d’antan, après une longue période un peu sombre qui a laissé de nombreuses traces parmi ses habitants.

Pour moi qui suis une historienne dans l’âme, je suis émerveillée par la richesse du passé de ce petit pays. Aux aqueducs romains succèdent les ruines maures, le pays ayant été sous domination arabe pendant plus de 500 ans. Au Moyen-Âge succède l’apogée du royaume avec ses conquêtes maritimes incroyables, avant qu’il n’entame sa longue décadence, sous la menace de son puissant voisin espagnol. Tous ces souvenirs se dévoilent très facilement pour qui prend la peine de les regarder. L’Histoire, qui m’avait tant manquée aux US, est ici présente de partout. C’est un vrai bonheur pour moi de lire entre les ruines du passé pour essayer de reconstituer le fil des événements. Je ne me lasse pas de visiter des sites historiques, petits et grands, qui me laissent entrevoir ce glorieux passé, et je me réjouis de penser à tout ce qu’il me reste à visiter !

Bla bla

bla bla bla bla kssssdsggssgddhgfjg Des ruines médiévales au cœur de l’Alentejo

Parfois l’Histoire est tellement imposante qu’il faut la laisser de côté pour simplement profiter de l’histoire, celle avec un petit h, celle de la vie de tous les jours, celle qu’on retrouve à chaque coin de rue et dans le cœur de ses habitants. Les petits villages de l’arrière pays vivent encore au ralenti, au rythme de leurs traditions. Lentement, inexorablement, cela se perd, bien entendu. Mais n’est-ce pas fabuleux de croiser, au détour d’une ancienne ruelle, une femme portant sept jupes les unes sur les autres ? Ou bien de discuter, dans un marché reculé, avec des hommes et des femmes héritiers d’une longue tradition de pêcheurs ? Et ce linge qui pend aux fenêtres, jalousement gardé par une mamie accoudée à sa fenêtre, qui domine la vie comme j’épie la sienne ?

Cela ne se cantonne d’ailleurs pas qu’aux villages reculés, et on voit aussi des histoires incroyables dans les grandes villes pour qui prend le temps de regarder. J’ai un jour passé de longues minutes à observer une femme sans âge, reprisant des vêtements dans une minuscule boutique d’une ruelle sombre de Lisbonne. Cette ruelle est adjacente à une des plus grandes avenues touristiques, au cœur du quartier bien connu du Chiado. Ce n’était même pas une boutique, en fait, mais plutôt une petite lucarne donnant sur un minuscule logis, dans lequel cette dame vaquait à ses occupations. Personne ne la regardait, et moi j’ai trouvé ça fou. J’aurais voulu lui demander de me raconter son histoire, mais je n’ai pas osé. J’ai gardé mes questions, et elle a gardé son histoire, une de celle que j’aurais pourtant adoré vous raconter. Un jour j’oserai, car il n’y a pas que les ruines qui racontent un pays. Je comprends pourquoi Zola, mon auteur préféré, a choisi de parler des inconnus de la vie de tous les jours, avec leurs hauts et leurs bas. Le Portugal et ses habitants m’inspirent la même curiosité, celle qui pousse à essayer de mieux les comprendre. Tant de détails de la vie quotidienne valent la peine d’être observés…

Bla bla

Bla nndzjh Une ruelle dans le village de Piodao

J’ose à peine vous parler des paysages qui m’entourent quand je découvre un peu mieux le Portugal. J’aime marcher pendant des heures dans les forêts de pins, observer les oliviers sauvages, admirer les couleurs éclatantes des bougainvilliers, sentir l’odeur enivrante des fleurs d’oranger, apprécier la nature, tout simplement. Tout est sublime ici, le ciel est pur, les forêts sauvages, la campagne vallonnée. On voit apparaître des petits villages au détour d’un chemin, puis ils disparaissent aussitôt, laissant place à d’autres découvertes enivrantes. J’aime m’imprégner de ce que je vois, et c’est ici que je me suis rendue compte à quel point, aux US, la nature m’avait manquée. Le pays est petit, et même depuis sa capitale on peut se retrouver très rapidement dans des endroits incroyables. Nos week-ends sont ponctués de vert et de bleu, d’odeur et de saveur. Comment est-ce possible que ce pays ait été oublié pendant si longtemps ?

Bla bla

Bla vxzjkhzxkjvhkz Un petit village au centre du Portugal

Je ne peux pas conclure cette petite présentation du Portugal sans vous parler de l’océan, qui fait désormais partie intégrante de nos vies. Nous retournons l’admirer, encore et encore, prenant souvent de la hauteur pour en profiter encore plus amplement. Parfois il est gris, souvent il est bleu, il peut être dangereux, et il est toujours présent. L’océan a rythmé au fil des siècles la vie de ce pays et de ses habitants. Je le prends souvent en photo, mais j’ai toujours du mal à retrouver sur celles-ci la beauté de l’instant. Sur une photo il manque le bruit des vagues, l’odeur des fleurs, le contraste avec la terre, et surtout l’horizon. J’ai eu du mal à choisir laquelle vous montrer, alors j’ai pris celle qui me rappelle une belle randonnée pour fêter l’anniversaire d’une très bonne amie. J’aimerais ouvrir le cadre de cette photo pour déverser cette eau turquoise sur vos écrans. J’aimerais vous faire ressentir l’émotion du moment, celle qui nous a poussés au silence, mais c’est impossible. Il faudra venir voir par vous-mêmes que cet océan a trouvé ici sa place, au cœur de l’Histoire, au gré des histoires, dans un pays magnifique en pleine reconstruction.

Bla bla

Bla hvjh Randonnée au dessus de la plage de Guincho

La légende dit que J.K. Rowling s’est inspirée de son passage à Porto pour imaginer l’immense saga Harry Potter. Je ne sais pas si c’est vrai, mais dans un sens cela ne m’étonnerait pas. Il suffit de prendre le temps de lever les yeux pour voir se créer de fabuleuses histoires. Ici, la modernité côtoie la tradition, dans un cadre magnifique. Ce pays rime vraiment avec inspiration.

Love ❤

Sophie

Bla bla


Un prochain article suivra bientôt, où je vous parlerai plus intimement des portugais et de la douceur de vivre ici. J’espère que cet article vous aura plu autant que j’ai pris de plaisir à l’écrire. A bientôt !

Bla bla

10 commentaires sur « Vivre au Portugal : l’Histoire et les histoires »

  1. Le Portugal m’attire énormément aussi mais j’aurais trop peur de la chaleur en été. Déjà qu’au sud de l’Auvergne, c’est insupportable pour moi !
    Merci pour tes articles !

    J'aime

  2. Encore une histoire et je me rue dessus comme une amoureuse sur sa première lettre d’amour !
    merci pour le voyage, l’histoire, les jolies photos et tout ce que tu pourras nous dire quand tu « oseras » : cette petite mamie qui reprise loin de l’agitation citadine qui ne voit pas qu’on la regarde et qui continue inlassablement son labeur, sans joie mais avec assiduité !
    Merci pour l’évasion et cette belle écriture, souple et facile qu’on pourrait en lire encore et encore….
    en somme, tes écrits sont un fabuleux carnet de voyage, mais pas que : la sensibilité est là et ça, ça me plait.
    Merci, merci et un petit bisous au passage,
    sylvie

    Aimé par 1 personne

  3. J’ai passé quelques jours à Lisbonne il y a quelques années. J’en garde un très bon souvenir. Mon homme est aussi tombé sous le charme (lui qui est plutôt casanier …). J’ai visité Porto l’année dernière. La librairie Lello, qui aurait inspirée J.K. Rowling, se visite moyennant 5 euros. ça n’a rien à voir avec un musée à visiter, c’est plus l’ambiance supermarché la veille de Noël (je sais pas si tu vois ce que je veux dire). Bref, j’étais déçue …
    Contente de te lire à nouveau 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ton commentaire 🙂 En effet ici les lieux touristiques sont pris d’assaut et perdent tout leur charme ! Je reviens justement d’une balade avec mes enfants au cœur du Chiado, quartier normalement envahi par les touristes, et aujourd’hui complètement désert… J’ai pu voir la ville comme je ne l’avais jamais vue, vide, simple, pleine de curiosités. Une vraie parenthèse de bonheur en ces temps confinés !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s