Vivre au Portugal : Comment sont vraiment les portugais ?

En un peu plus d’un an et demi de présence ici, je ne peux pas dire que je me sois vraiment bien intégrée dans la communauté portugaise. J’ai des collègues portugais que j’apprécie énormément, mais les relations restent plutôt professionnelles, et je connais peu de portugais en dehors de mon travail. Cela fait écho dans un certain sens avec ce que j’ai vécu aux US, où j’avais difficilement lié des contacts avec les américains, mais la comparaison s’arrête là. Ici, en effet, les raisons sont vraiment différentes, et elles sont au nombre de deux : la barrière de la langue et mon temps libre trop restreint. L’avantage, c’est que ces deux raisons sont temporaires, et je sais que le jour où le ciel s’éclaircira, j’aurai plaisir à partager du temps avec les habitants de mon pays d’adoption.

J’entends dire partout autour de moi que les portugais sont calmes et détendus, eux-mêmes se définissant comme cela. Il est vrai qu’ici la vie est douce et s’écoule lentement. Les portugais aiment s’attabler de longues heures avec leurs amis devant un café ou un jeu de cartes. Le dimanche, dans les parcs, ils se regroupent pour fêter un anniversaire, appréciant manger des petites douceurs tout en profitant du soleil. A mon travail, les portugais sont ceux qui ne font pas de remous et acceptent patiemment ce qui leur est demandé. Le Portugal est un petit pays pacifique, qui n’a pas pris part aux grands conflits qui ont déchiré le monde. Même le Covid-19 est venu ici sur la pointe des pieds, en comparaison avec l’Espagne et la France, qui sont pourtant les deux voisins les plus proches et qui ont été touchés massivement par l’infection.









Toutefois, je me demande parfois à quel point cette description de sérénité n’est pas un peu enjolivée… Lors de mon premier mois ici, j’ai assisté à une scène qui m’a marquée très profondément : pour une question de priorité au passage piéton, un homme et une femme, tous les deux d’un certain âge, se sont mis à se hurler dessus très violemment, chacun repartant ensuite extrêmement exaspéré vers son chemin. J’ai été tellement surprise par cette dispute en plein air que je me suis arrêtée dans mon élan, mettant un peu de temps à comprendre ce qu’il s’était passé. Depuis cet épisode, j’ai assisté à d’autres scènes de ce genre, toujours explosives, mais jamais bien graves. Ils ont le sang chaud du sud de l’Europe, me direz-vous, et peut-être bien que vous avez raison. Mais je ne suis pas habituée à ce comportement, tout au moins je ne l’étais plus. Jamais je n’ai entendu une dispute aux US, alors que j’y ai passé bien plus de temps. Les gens m’ont toujours parlé gentiment et poliment, et les sursauts d’éclats que j’entends ici, bien qu’éphémères, me laissent songeuse sur cette apparente sérénité. Ils sont calmes, oui, mais ils sont aussi bien vivants.

D’autre part, les portugais ont une réputation de peuple accueillant. Les expériences que j’ai vécues me prouve que c’est vrai, mais pour pouvoir en profiter il faut faire un premier pas et briser parfois une barrière bien glaciale de première apparence. Là encore, il m’a fallu un peu de temps pour m’adapter, puisqu’à Houston c’est l’exact opposé.

Je me souviens avoir lu il y a quelques années que les américains peuvent être comparés à une pêche : suave de premier abord, mais avec ensuite une barrière très dure à passer. Le « small talk », qu’on pourrait traduire par le bavardage sur tout et n’importe quoi, est une constante lorsqu’on rencontre un américain, mais ensuite une coquille solide protège férocement leur être véritable, et les relations plus approfondies sont difficiles à créer. Les portugais me semblent être tout l’inverse, peut-être comme une noix de coco. L’approche est difficile, mais la récompense est à la hauteur de la patience et la persévérance qu’il faut fournir pour les apprivoiser.

Cet article termine donc ma série sur la vie au Portugal, telle que je peux la décrire après un peu moins de deux ans. Si je réécrivais cet article dans 1 an, nul doute qu’il serait très différent, tout comme si je l’écrivais dans 5 ou 10 ans. Dans tous les cas, il est toujours difficile de faire des généralités, un être humain ne faisant pas l’autre. Mais tout de même, il me semble qu’on retrouve des traits de caractère communs parmi les habitants d’un pays, et j’ai hâte de pouvoir découvrir un peu mieux ces portugais qui me fascinent tant.

Take care ! ❤

Sophie

NB : Si cela vous intéresse, je vais partager toute cette semaine mon voyage dans le Parc National de Gerês sur Instagram :

J’en profite pour vous rappeler que, sur IG ou FB, plus vous likez/commentez/partagez une publication, plus vous pourrez voir apparaître souvent cette page sur votre fil (sinon, les petites pages non sponsorisées comme la mienne tombe au fin fond des oubliettes des réseaux sociaux, et c’est triste!). Vous pouvez aussi changer les paramètres de votre FB, pour choisir qui voir en premier sur votre fil. Je peux vous expliquer comment faire si besoin, n’hésitez pas à me demander ! Je ne dis pas ça pour me faire de la pub à tout prix, mais je trouve ça vraiment scandaleux que les réseaux sociaux choisissent à notre place ce que nous pouvons voir, et je pense que le libre arbitre est bien plus enrichissant ! 😉

Enfin, je vous informe que j’ai remis l’accès à mon mail MissTexas dans la partie « Me contacter » (je l’avais enlevé pendant ma longue absence du blog).

A bientôt pour, peut-être bien, une GRANDE annonce, stay tuned ! 🙂

********

Ma plume vous plaît ? Vous pouvez visiter mon autre blog Plume de vies, où je partage un nouvel article tous les mercredis matin !

Le blog Plume de vies : https://www.plumedevies.fr/

Plus d’informations sur le projet : https://www.plumedevies.fr/mon-projet/

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Facebook : Plume de vies

Instagram : Plume de vies

8 commentaires sur « Vivre au Portugal : Comment sont vraiment les portugais ? »

  1. Joli regard sur les portugais que je trouve très juste. Je vais tous les 2-3 ans au Portugal (et je reçois des portugais les autres années) dans le cadre d’un jumelage depuis 20 ans. Leur accueil est toujours très chaleureux et nous avons mis un bon moment pour obtenir qu’ils ne payent pas tout quand ils nous reçoivent (un peu plus facile avec la crise économique qui les a durement touchés). En discutant avec un de nos hôtes, il m’a expliqué que durant la dictature (jusqu’en 197′), ils ne pouvaient recevoir personne, et avaient donc soif d’échanges, d’ouverture. Mais dans le même temps, une certaine réserve et prudence est restée dans les premiers temps des rencontres avec des « étrangers ».

    Aimé par 1 personne

  2. Un plaisir de te lire ! Je te suis sur le blog depuis déjà quelques années et j’adore te lire ! Je suis d’accord avec ton analyse du Portugal! Mes parents sont Portugais et toutes ma famille vie à Tavira. Je suis la première génération de Français et sans doute la dernière car j’ai moi même immigrée au Canada Anglais mais j’adorais partir en vacances tous les ans au Portugal et les gens sont si accueillant. La langue est difficile mais j’ai grandi en la parlant donc ça aide et les Portugais aide beaucoup pour se faire comprendre, tellement accueillant et gentils 🙂 profite bien du Portugal 🇵🇹 c’est un beau Pays pleins d’histoires j’espère un jour y amener mes enfants qu’ils connaissent leur histoires 🙂 au plaisir de te lire et stay safe !

    Aimé par 2 personnes

    1. Merci pour ton message enthousiaste Audrey, qui me touche d’autant plus que c’est un vrai plaisir quand des lecteurs discrets sortent de l’ombre ! Je suis rassurée de savoir que tu partages mon analyse, ce n’est jamais facile de se positionner dans ce genre de description ! Au plaisir de te relire 🙂

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s