Mon ressenti face à l’élection américaine 2020

Voilà, nous y sommes. 4 ans que j’attends, que nous attendons tous, ce jour avec impatience.

Je ne peux même pas vous traduire dans quel état je suis aujourd’hui. Je crois que ce n’est pas que de l’impatience et de l’appréhension, c’est aussi tout un ensemble d’émotions qui remontent à la surface, toutes celles que j’avais bien enfouies au fond de moi face au choc de la précédente élection. Je ressens encore à vif toute la sidération de ce moment, où d’heures en heures, l’espoir avait laissé la place à la consternation.

Aujourd’hui, il me semble que je tremble encore plus qu’il y a 4 ans. Déjà parce que je sais que Trump peut être réélu, mais surtout parce que ces dernières semaines, la démocratie américaine a été entachée de différents scandales que j’ai du mal à concevoir. J’ai vu des photos de bureaux de vote où les serrures avaient été condamnées avec de la super glue. J’ai vu le County où j’habitais (Harris County au Texas) obligé de rassurer les 127 000 personnes ayant voté par correspondance que leur vote sera pris en compte. J’ai vu un président sortant parler de fraude, face à son adversaire qui parle aussi de fraude… alors que l’élection n’avait même pas encore vraiment commencé.

Je crois que ce que j’appréhende le plus, ce n’est pas aujourd’hui, mais les prochains semaines, peu importe qui sera élu. Le clivage est tel aux États-Unis que cette élection va laisser des traces et attiser encore plus un feu qui se consomme déjà dans une secrète violence. Il faut s’attendre à des confrontations difficiles, et dans un pays qui autorise les armes à feu, cela m’inquiète énormément.

Ironie de l’histoire, alors que j’ai eu tant de mal à me faire des amis américains lorsque j’habitais aux US, trois de mes meilleurs amis ici au Portugal sont américains. Deux Californiennes, un New-Yorkais. Ce soir je vais penser très fort à eux, très fort à tous mes amis français qui vivent encore aux US, très fort au peuple américain qui vit un moment très fort de son histoire. La nuit va être courte pour tous. Je ne sais même pas si je vais arriver à dormir.

« Remember, we have no enemies, only opponents » a dit Ronald Reagan. Pas d’ennemis, que des opposants. J’espère que les américains s’en souviendront.

2 commentaires sur « Mon ressenti face à l’élection américaine 2020 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s