Mon bilan 2021

Chaque année, au crépuscule du mois de décembre, et sans jamais déroger à cette tradition, je fais un petit bilan de l’année écoulée. En général, je prends simplement un papier et un crayon, et je fais une liste de ce que j’ai fait, et surtout de ce que ça m’a apporté. Cette année 2021 ayant été particulière pour moi à bien des égards, j’ai eu envie de faire un écrit plus complet, et même de le partager avec vous. Pour construire cet article, je me suis servie d’un autre bout de papier, celui sur lequel j’avais posé en janvier de cette année mes intentions pour les douze mois suivants. Ces deux étapes sont très importantes pour moi, et je prends cet exercice tous les ans avec beaucoup de sérieux. D’abord je ferme des portes, puis, une fois le nouvel an passé, j’ouvre de nouveaux horizons.

Pourquoi faire un tel bilan ? Pour ma part, c’est parce que plus les années passent, plus je me rends compte à quel point on remplit nos vies intensément sans même plus s’en rendre compte. La question n’est pas seulement de savoir si un mariage ou une naissance ont ponctué l’année, car même si ce sont des événements importants, si on ne se focalise que sur cela, on oublie tous les petits riens qui rendent notre vie tous les jours plus belle. Faire un bilan permet ainsi de les mettre en lumière, en leur accordant la place qu’ils méritent à l’ombre de plus grands événements. En 365 jours, on évolue tellement plus que ce que l’on pense…

Voici donc le bilan de toutes les intentions que j’avais posées pour 2021. Comme toujours, je vous parle de moi pour finalement vous parler de vous, et j’espère sincèrement que mes mots feront écho à votre propre chemin de vie, et que cela vous inspirera pour construire à votre tour votre propre bilan.

Lire la suite de l’article

Les cinq livres qui m’ont le plus marquée

Voilà bien longtemps que j’ai envie d’écrire cet article, afin de vous partager mes plus gros coups de cœur littéraires. J’aime lire infiniment, passionnément, profondément. Je ne peux pas m’endormir sans avoir lu, je ne peux pas ne pas avoir un livre en cours. Et certains livres ont été un tournant dans ma vie, comme les cinq que je vais vous présenter aujourd’hui. J’ai décidé de vous les montrer dans l’ordre dans lequel je les ai lus, mais tous sont sur un pied d’égalité dans mon cœur. Ce sont des œuvres fortes, puissantes, sur des thèmes parfois difficiles, et toujours avec une plume qui a su saisir la réalité de l’âme humaine. N’hésitez pas à me dire en commentaire si vous les connaissez, ou bien quels sont vos livres préférés également !

Lire la suite de l’article

Back to the nature : le grounding

Dans mon article précédent, je vous ai raconté comment j’ai réussi à remonter la pente après ma hernie discale, survenue il y a un peu plus de 5 mois. J’ai eu de la chance, quelque part, car même si c’est très douloureux ce n’est au final pas bien grave, et j’ai en plus eu la chance d’être très bien entourée et conseillée.

Alors que j’étais mal en point, j’ai rencontré un peu par hasard une maman de l’école qui m’a parlé du grounding pour la toute première fois. J’ai beaucoup aimé sa façon de me le présenter, sans forcer ni essayer de convaincre, juste en donnant une information sur ce qui lui a apporté un grand bénéfice dans la vie. A mon tour aujourd’hui de vous en parler, car pour moi ça a été une magnifique évidence, et j’ai envie de vous partager mon expérience, si jamais ça peut à votre tour vous aider !

Lire la suite de l’article

Savoir s’écouter

Voilà bien longtemps que je n’ai pas écrit sur ce blog, presque 8 mois pour être précise. Huit mois sans donner de nouvelles, c’est bien long ! Mais il y a eu plusieurs raisons, que je vais vous expliquer dans cet article 😉

Mais avant de commencer, qu’est-ce qui m’a poussée à écrire un article aujourd’hui ? Et bien c’est parce que je n’ai presque pas le choix, car une date se profile face à moi et que je sais depuis des années qu’elle va être importante à marquer : le 22 août 2021, cela fera très exactement dix ans que nous avons quitté la France pour les États-Unis, mais également trois ans que nous avons déménagé au Portugal ! Pour ceux qui me suivent depuis le début sur ce blog, cela fait donc bien dix ans que j’ai ouvert timidement cet espace d’écriture pour partager nos débuts hasardeux au bout du monde. Ça valait bien un petit coucou de ma part par ici, non ?! 🙂

Qu’est-ce que je retire de ces dix années loin de la France ? Beaucoup de fierté, beaucoup d’apprentissages, beaucoup de belles rencontres, parfois quelques ratés et quelques incompréhensions, mais dans l’ensemble une expérience hors du commun que je conseillerais à tous ceux qui cherchent à aller voir plus loin pour mieux se comprendre eux-mêmes. Je suis reconnaissante de tout ce que j’ai découvert et construit pendant ces dix années, et je nous en souhaite dix autres de plus tout aussi enrichissantes !

Lire la suite de l’article

Douceur : mon mot clé pour 2021

Cela fait longtemps que je ne suis pas venue sur le blog ou les réseaux sociaux, et je pourrais vous donner tout un tas de fausses bonnes raisons pour cela, la première étant que je n’en ai pas eu le temps. Ce n’est pas complètement faux : depuis début décembre, mes moments seule se sont comptés sur les doigts d’une main, puisque j’ai d’abord été confinée avec les enfants pendant 2 semaines (nous étions cas contacts), puis l’école a repris en ligne pour deux semaines depuis début janvier, me remettant dans le cas de maman maîtresse, ce qui a été toutefois bien plus facile que l’an dernier puisque je n’avais que mes deux enfants à gérer, sans une classe en double-niveaux en plus à côté. Mais la vraie raison est en fait toute autre : j’ai tout simplement été bloquée.

Voici un mois et demi que mon esprit, et mon corps avec lui, ont eu besoin d’une VRAIE pause pour couper avec le flot incessant de questions et de doutes qui m’arrivaient par vagues depuis l’été dernier. Tout s’est bloqué, et pour encore mieux accentuer la situation, une violente sciatique a fini par me clouer sur place juste avant Noël. Avec le confinement en plus, et un temps catastrophique à Lisbonne, mon moral et mes projets en ont pris un sacré coup. Mais je sais maintenant que quand ce genre de situations arrive, il suffit d’observer, d’attendre que l’orage passe et d’accepter. J’ai donc tout mis en pause, et j’ai profité autrement. Comme je ne pouvais plus aller marcher en forêt ou aller à la plage, j’ai fait quelque chose que je n’aurais jamais pensé faire : je me suis abonnée à Netflix. J’ai donc regardé des séries et lu tous les jolis livres apportés par le Père-Noël, j’ai beaucoup cuisiné, j’ai joué à des jeux de société avec mes enfants, et surtout j’ai oublié tout ce qui touchait de près ou de loin à mes projets de cette fin d’année 2020.

Après cette longue pause fort bénéfique, j’ai eu l’occasion de faire un petit bilan de tout ça, et c’est ce que j’ai envie de vous partager aujourd’hui. Article long en perspective, que j’écris surtout pour en garder une trace, mais que je partage car peut-être que cela résonnera en vous et vous permettra à votre tour de tracer votre propre bilan.

Lire la suite de l’article

Ma rencontre avec Hervé Le Tellier, prix Goncourt 2020

Pas plus tard qu’hier, une de mes amies me demandait si je continuais l’écriture créative en ce moment. En y réfléchissant bien, il est vrai que j’ai complètement arrêté de créer des histoires fictives, tout mon temps étant dédié aux témoignages de vies et aux biographies. Pourtant, coucher sur le papier toutes les histoires que j’ai en tête est une véritable passion ! J’aime donner vie aux personnages qui se bousculent en moi. J’aime rire et pleurer avec mes écrits. J’aime voir le processus créatif se mettre en place, idée après idée. En revanche, j’ai beaucoup plus de mal à faire lire mes histoires, notamment aux gens que je connais. Je n’ai pas encore mis complètement le doigt sur ce blocage, qui pourtant me pourrit bien la vie dans mon quotidien d’aspirant écrivain. Bref, il y a 1 an et demi, je me suis prise par la main et j’ai tout de même participé à un concours d’écriture, où il se trouve que j’ai été très bien classée. Cela m’a permis de rencontrer Hervé Le Tellier, qui vient tout juste de remporter le prix Goncourt avec son livre L’anomalie, et changer de manière décisive la vision que j’avais de moi en tant qu’auteur.

Lire la suite de l’article

Vieillir et l’accepter

En ce moment, je pense beaucoup au fait de vieillir. Peut-être que c’est parce que c’est (très!) bientôt mon anniversaire. Je vais avoir 38 ans, et ce chiffre me fait un drôle d’effet. Je ne sais pas si je l’aime ou s’il me fait peur, si je me sens un peu vieille, ou encore un peu jeune. J’ai définitivement quitté le club des 20 ans, celui où la vie parait longue devant soi. J’atteins doucement la fin du club des 30 ans, celui où la vie paraît encore longue, mais un peu moins.

Je racontais hier à une amie qu’en avançant dans l’âge, je me découvre chaque jour de nouveaux petits trucs. Avant, j’avais le vertige pour moi, maintenant je l’ai pour moi ET pour les autres. Avant je pouvais manger mal, travailler trop et dormir peu. Maintenant, mon corps ne suit plus et me réclame de la douceur et du repos. J’ai mal au pied en ce moment, comme une fracture de fatigue. Qui a une fracture de fatigue, dans la plénitude des 20 ans ? Personne. Qui a une fracture de fatigue, au crépuscule des 30 ans ? De nombreuses personnes je pense. Le soir, je tombe de sommeil, et le matin je me lève aux aurores. Je ne suis plus capable de faire des manèges, j’encaisse moins bien le décalage horaire et j’ai de plus en plus souvent froid. Non, vraiment, je crois qu’on peut dire que doucement, mais inexorablement, mon corps vieillit.

Lire la suite de l’article

This is me

Dans mon salon, il n’y a pas de télévision. Je regarde un film une fois par an, souvent par le plus grand des hasards. Je n’ai jamais eu Netflix. Je ne connais aucune série, et je suis toujours perdue lors des dîners entre amis lorsqu’ils commencent à se faire des recommandations.

Je ne bois pas d’alcool, ni de café, jamais. Un thé blanc le matin, parce que ça me réveille. Je ne fume pas, je n’ai même jamais vraiment essayé.

Je ne connais pas les auteurs actuels ni les sorties littéraires récentes. Je lis surtout les auteurs classiques, et Zola, encore et toujours, parce j’entends la musique de ses livres, le rythme, les émotions, la douceur, la noirceur, et que ce sont ces écrits-là que je veux garder au fond de moi.

J’entends souvent parler de chanteurs, d’acteurs ou de réalisateurs, et la majorité du temps je ne les connais pas. Je ne vais jamais dans des expos, ni au théâtre, encore moins au cinéma. Je n’écoute pas de musique, ni de podcasts, ni la radio. J’aime simplement le silence, celui qui a une profondeur, celui qui se pose doucement sur les épaules pour envelopper nos âmes, celui qui détend.

Lire la suite de l’article