Le poids des mots

S’il y a bien un lieu où on se rend compte du poids que portent les femmes sur leurs épaules, c’est bien à l’école, à travers la bouche de leurs enfants.

Il y a quelques semaines, un de mes élèves n’avait pas de gourde d’eau. Comme c’est plus pratique pour moi qu’ils en aient une, je me suis entendue lui dire : « Ce n’est pas grave, demande à maman ce soir si elle peut t’en mettre une dans ton cartable pour demain ». Mon élève, satisfait, est reparti vaquer à ses occupations, et moi j’ai bloqué.

Pourquoi « maman » ? Pourquoi pas « papa » ? Ou « tes parents » ? Ça m’est sorti tout seul, comme une habitude, comme une évidence. Incroyable.

Lire la suite de « Le poids des mots »

Sans armes, et caetera…

Je pourrais vous dire à quel point je souhaite un contrôle des armes aux US. Je pourrais vous dire à quel point mon cœur se serre quand je lis ce genre de news. Je pourrais vous dire que je ne veux plus jamais qu’un tel massacre se reproduise. Mais je ne vais pas vous dire tout ça, car vous le savez déjà. Je le sais, je le sens, j’en suis sûre. J’ai confiance en vous.

Alors je vais vous dire de continuer à tendre la main aux étrangers, aux différents, à ceux qui rient, à ceux qui pleurent, à ceux que vous comprenez, et surtout à ceux que vous ne comprenez pas. Je vais vous dire que, dans ce monde qui évolue à toute vitesse, personne ne devrait rester seul, avec ses peurs, ses doutes, ses vices et son chagrin. Enfin, et surtout, je vais vous dire qu’ouvrir son cœur est certainement ce qu’il y a de plus difficile au monde.

Fermer son cœur, ça on sait tous faire, c’est facile, c’est connu. Ouvrir son cœur, c’est s’exposer à ses propres faiblesses, à ses propres doutes, à ses propres peurs. Ouvrir son cœur, c’est être blessé quand on blesse quelqu’un, c’est se tromper et le réaliser, c’est se museler pour ne pas juger, c’est être parfois maladroit et souvent à contre-courant. Ouvrir son cœur, c’est difficile, car nous avons tous ancré en nous notre culture, nos souvenirs, nos croyances, nos opinions. C’est un long filet fortement emmêlé, qu’il est bien souvent difficile de détricoter.

 

Pourtant, nous devons tous essayer d’être la bouée de secours de quelqu’un. Parce que ce ne sont pas que les armes qui doivent être contrôlées, mais bien l’isolement, le repli sur soi, la peur, la mauvaise tentation. C’est à la racine du mal que nous devons nous attaquer. Une seule arme est possible, celle du respect, de l’amour et de la tolérance. Ce n’est pas facile, mais c’est indispensable pour qu’aucun enfant, nos adultes de demain, n’en arrive un jour à une issue sans fin.

Love, sans armes, et caetera ❤️

Sophie

 

Et si notre vie avait été différente ?

J’aurais pu fuir un pays en guerre, mais j’ai juste voulu découvrir le monde.

J’aurais pu douter de revoir un jour ma famille, mais je peux les contacter dès que j’en ai envie.

J’aurais pu voir mourir tous mes amis, mais ils sont toujours là pour moi.

J’aurais pu trembler pour la vie de mes enfants, mais je n’ai qu’à trembler pour leurs petits tracas.

J’aurais pu ne plus me souvenir de l’odeur de mon pays, mais je peux rentrer me réconforter dans ses bras tous les ans.

J’aurais pu être blessée, j’aurais pu souffrir, j’aurais pu me noyer, mais je suis en parfaite santé.

Je suis expatriée, j’aurais pu être réfugiée. Un mot peut-il tout changer ? Oui, un mot peut tout changer.

Lire la suite de « Et si notre vie avait été différente ? »

Quand Alep devrait nous donner à tous une bonne leçon…

Cher petit garçon d’Alep,

J’habite à Houston et je t’ai vu sur une vidéo sur Facebook il y a quelques jours… Tu te rends compte, tu as à peine 4 ans, et ton petit visage tout rond a fait le tour du monde ! Entre différents posts donnant des tutos de sapins en papier toilette et des idées cadeaux pour les fêtes, on te voyait là, assis sur une chaise, avec une dame – ta maman peut être – s’agitant autour de toi.

Vois-tu, cher petit garçon, tu as à peu près l’âge de mon fils. Il s’appelle Robin, il est en pleine santé et il a l’immense chance d’aller à l’école. Le matin, quand il se lève, il a un petit déjeuner chaud qui l’attend, avec des tas de bisous. Il part le ventre plein dans notre voiture climatisée, s’amuse innocemment avec ses copains, mange à midi le repas que je lui ai préparé, fait une sieste, joue avec une montagne de jouets, prend un bain bien chaud, mange de nouveau un repas équilibré, a le loisir de faire un caprice pour choisir son livre et enfin se couche dans un lit moelleux dans une maison bien chauffée.

Vois-tu, cher petit garçon, ça, c’est mon monde, et le monde de mon fils. Je ne sais pas comment c’est chez toi, mais je crois quand même que ton monde est un peu différent. Sur la vidéo, je t’ai vu le visage plein de sang – celui de ta maman aussi d’ailleurs. Et tu sais ce que tu faisais ? Rien. Tu ne pleurais pas. Tu ne criais pas. Tu ne parlais pas. Tu étais juste là, assis sur ta chaise, dépassé par la situation.

Lire la suite de « Quand Alep devrait nous donner à tous une bonne leçon… »

Alep, je pense à toi…

« Maman, quand on est grand et qu’on a un bébé, est-ce qu’on peut quand même rester avec sa maman ? »

Tant d’innocence dans les paroles de ma fille de 6 ans m’ont fait sourire cet après-midi. J’ai regardé ses grands yeux plein de douceur et j’ai répondu naturellement :

« Bien sûr ma chérie, même si souvent, quand on est adulte, on ne vit plus avec ses parents ».

Puis nous sommes allées nous asseoir au square de l’école et, pendant qu’elle jouait avec son petit frère, j’ai pris le temps de regarder un peu mon Facebook. Entre deux photos de « chat albinos le plus mignon du monde » et « Like cette photo , laisse un 8 en commentaire et regarde ce qu’il se passe (et n’oublie pas de partager afin de polluer encore plus de monde)« , une amie avait partagé une vidéo sur Alep.

Cette vidéo montrait des gens en train de vivre ce que l’homme a pu créer de plus horrible dans sa stupidité : la guerre. Des êtres humains perdus dans les ruines de leurs vies, l’air hébété, le regard apeuré. A la fin de la vidéo, on voit un monsieur d’un certain âge, les bras en l’air, en train de hurler : « Nous sommes en train d’être massacrés ! Musulmans du monde entier, où êtes-vous ?! »

Lire la suite de « Alep, je pense à toi… »

Être étranger

Mes amis, laissez moi pour vous raconter une anecdote (rigolote, mais je vous interdis de vous moquer ^^) :

Quand nous sommes arrivés aux US et que nous nous sommes installés dans notre maison, nous avons utilisé le deuxième jour le lave-vaisselle. On met la vaisselle, on met le produit au pif, on appuie sur un bouton au pif et zou machine-que-la-ménagère-bénit-tous-les-jours, lave-moi tout ça ! Sauf que blop, blop, la machine miracle n’aime pas du tout le pif, non non non… Nous voilà avec de la mousse dans TOUTE la cuisine, qui sort sans s’arrêter de la machine infernale qui n’est plus miracle du tout. Un petit coup d’affolement, un gros coup de lavage, un petit coup de fil à notre proprio et voilà Brian le réparateur qui arrive à notre rescousse. Il ouvre notre lave-vaisselle, le démonte, le scrute sous tous les angles, et « Non, vraiment, je comprends pas ce qu’il se passe, il est en parfait état de marche ». Et là notre Brian lève un sourcil interrogateur « Mais euh, vous avez utilisé quoi comme produit ?! ». On lui montre notre produit au pif, qui s’avère être – le traître – un liquide vaisselle, qui fait plein de mousse, donc. CQFD. Hhhuuummm Brian, si je vous donne 5000 dollars là tout de suite maintenant, serait-ce possible de cacher ce petit incident de jeunes nouveaux débarquants dans un pays étranger à la face du monde ?! La honte…

Lire la suite de « Être étranger »

My country is not safe anymore…

Mon pays n’est plus sûr… C’est par cette phrase que ce matin j’ai répondu à mes amis du bout du monde qui s’inquiétaient des conséquences de l’horrible attentat du 14 juillet à Nice.

De nombreuses pensées me sont passées par la tête ces 2 derniers jours :

– tout d’abord, l’horrible, l’insoutenable, l’inacceptable : Encore ?! Putain…

– ensuite, l’angoissant : Qui je connais qui aurait pu être à Nice ?

– après, le terrible : Combien ? Y avait-il des enfants ? Mon Dieu…

– sont venus ensuite les Mais pourquoi ?!, très très nombreux…

Et puis, sont arrivés les messages du bout du monde, de mes amis américains et européens s’inquiétant pour nous, auxquels j’ai répondu, le cœur brisé, que nous allions bien, mais que tant d’autres n’ont pas eu cette chance. Et j’ai dû me résoudre à écrire ce que je n’avais pu accepter après Charlie Hebdo, le Bataclan et toutes ces dernières attaques stupides : My country is not safe anymore.

Lire la suite de « My country is not safe anymore… »