L’écologie aux Etats-Unis : où en est-on vraiment ?

Mes amis, fermez les yeux (enfin, pas trop pour que vous puissiez lire quand même, hein…). Si je vous dis USA, et plus particulièrement le Texas, qu’est-ce que vous me répondez ?

Bon, comme je sais pas encore faire du direct sur un blog, on va faire semblant et dire que vous m’avez répondu et que je vais lire vos réponses (j’aime bien échanger avec vous).

Donc, vous m’avez dit :

  • Fast-foods
  • Pick-ups
  • Surconsommation
  • Malbouffe
  • Déchets

Et bien, vous aviez raison ! (Vous êtes drôlement perspicaces, dis donc !). Et là, vous sentez pas comme un petit air général autour de vous, lorsque vous pensez à tout ça ? Genre un dénominateur commun, comme lorsqu’on faisait des fractions en 4ème C ?

Oui mes amis, les fast-foods, les pick-ups et tous leurs petits copains américains ont un point commun ! Ça commence par PO et ça finit par LLUTION ! Ouais !

Bon, je vais pas y aller par 4 chemins pour vous l’annoncer : j’ai pris conscience ces dernières années de l’énorme problème de l’écologie et je suis devenue celle qui refuse le commerce traditionnel, qui évite les zoos et qui va même jusqu’à mettre son propre déo fait maison tous les matins sous les aisselles. Ouais. Sauf que, j’habite au Texas. The One. The Big One même. Niveau malbouffe, armes et surconsommation, c’est THE place to be aux US. Et moi j’habite là. Damned.

Donc, comme annoncé dans ma grosse remise en question de l’article précédent, je vais réorienter un peu mon blog sur ces sujets qui me tiennent à cœur, parce que je trouve que c’est un vrai problème, et que dans la vie il ne devrait pas y avoir de problèmes (c’est Baloo qui le dit). Je vais donc vous présenter dans cet article un peu long ce que j’ai pu observer ici aux US.

Lire la suite de « L’écologie aux Etats-Unis : où en est-on vraiment ? »

La fin de Miss Texas… ou pas ?

Hi there !

Je sais, je ne suis plus ici, ni là d’ailleurs. J’ai fait un break dans ma vie virtuelle, et notamment sur le blog comme vous avez pu le voir ces derniers temps. Déjà, ça m’a laissé un peu de temps pour remettre ma vie à jour, et m’apercevoir par exemple que j’avais pas rangé mes papiers administratifs depuis un an, date à l’appui. Damned.

La raison en vrai (non parce que les papiers qui s’entassent je m’en fous, en fait), c’est que pendant tout ce temps des tas d’articles se sont empilés dans ma tête, sans que je parvienne à les écrire. J’ai commencé 10 000 brouillons, mais je n’ai pas réussi à en mener un seul au bout (comme au tarot).

La raison de ce bouillonnement intérieur que je n’ai pas réussi à exprimer ici, c’est que je viens de découvrir un truc : entre l’adolescence et la crise de la quarantaine, il y a une autre crise dans la vie à l’âge de 34 ans et demi. Ouais. J’ai cherché un peu sur internet et j’avoue que j’ai pas trouvé grand chose. Pourtant cette crise majeure existe bel et bien, la preuve, je suis en PLEIN dedans. J’ai donc décidé de nommer moi même cette crise (puisque personne n’a pensé à le faire avant moi j’ai l’impression), et elle s’appellera désormais « la crise de la prise de conscience que y’a quand même un truc qui tourne pas rond ».

Ma fameuse « crise de la prise de conscience que y’a quand même un truc qui tourne pas rond » me fait mettre le doigt sur plein de situations qui me posent problème dans la vie de tous les jours et qui, si vraiment Maurice pousse le bouchon un peu plus loin,  doivent vous aussi vous poser quelques problèmes dans vos vies de tous les jours.

Lire la suite de « La fin de Miss Texas… ou pas ? »

Ces petites choses que je n’aime pas dans la vie au Texas…

Il paraît que si je regarde dans le rétroviseur de ma vie, je viens de passer 1/6 de mes quelques années d’existence ici, au Texas. Si j’enlève l’époque où j’étais trop petite pour analyser les choses, et l’adolescence où j’étais bien trop bête, il se trouve que cette tranche de vie de 5 ans et demi représente une part non négligeable de tout ce qui a contribué à ouvrir mes yeux d’adulte. La semaine dernière, je vous ai présenté un petit bilan personnel de l’année 2016 en même temps que mes vœux (à lire ici), et ce petit exercice m’a donné envie de faire également un bilan de toutes ces années passées ici, aux US.

 

Je ne sais pas comment vous mangez votre jardinière de légumes (attendez, vous allez voir le lien !), mais moi je mange toujours les carottes en premier, parce que c’est ce que j’aime le moins, comme ça après c’est fait et on n’en parle plus ! Bon et bien je vais faire pareil pour ce bilan : je vais analyser d’abord ce qui me déplaît ici dans deux articles (j’ai essayé de le faire en un seul article, mais j’avais trop de choses à dire!), pour pouvoir me concentrer dans un prochain article sur ce que j’aime vraiment et qui me fait rester ici malgré toutes ces années !

 

Je ne vais pas vous parler aujourd’hui de ce qui me déplaît dans ma vie d’expatriée. Ma famille, le fromage et les balades au grand air me manquent (à mettre dans l’ordre que vous voulez), mais c’est un choix personnel que j’ai fait et qui n’a rien à voir avec le Texas en lui-même. Je vais essayer d’analyser ce que je vis plus finement pour vous montrer le fonctionnement de la société américaine, et non juste en fonction de mon propre cas. Évidemment, je vais être obligée de faire des généralités. C’est d’ailleurs pour ça que je ne vais parler que du Texas, car ce que je vais écrire n’a par exemple pas lieu d’être à New-York ou en Californie. On est des cow-boys, nous !

Lire la suite de « Ces petites choses que je n’aime pas dans la vie au Texas… »