Fermer nos anciennes portes

Drôle de titre, n’est-ce pas ? Mais j’ai beau essayer de le retourner dans tous les sens, je n’en vois pas d’autres. Je trouve pourtant que ça sonne bizarre, « Fermer nos anciennes portes », peut-être parce que c’est quelque chose qui est un peu difficile à faire dans nos vies. Mais j’ai pris ces jours-ci conscience de ce petit détail, qui est finalement peut-être le plus important, et j’ai envie de vous partager ma réflexion.

Lire la suite de « Fermer nos anciennes portes »

Devenir écrivain…

Je ne me souviens pas exactement comment j’ai appris à lire, ni quand, mais une fois que la lecture a été acquise, elle ne m’a plus jamais quittée.

Quand j’étais enfant, je lisais tout le temps, dans mon lit, dehors ou même la tête en bas, je lisais des romans, des bandes dessinées ou des documentaires, je lisais tout ce que je trouvais, autant que je voulais, dès que je pouvais. Je lisais surtout beaucoup le dictionnaire, passionnée par tous ces mots qui défilaient devant moi, et dont les définitions me faisaient voyager.

Quand j’étais enfant, en revanche, je n’écrivais pas. Malgré ma passion pour la lecture, j’étais convaincue d’être une scientifique dans l’âme. Écrire était une torture, et mes textes étaient toujours vides de sens. L’orthographe était assez naturelle pour moi, mais la grammaire me résistait irrévocablement. Je ne comprenais pas les règles et ne voyais pas du tout l’intérêt de les appliquer.

Pendant mon adolescence, j’ai également lu énormément. Je lisais des histoires qui faisaient peur, je lisais des histoires tristes, je lisais des histoires de médecins légistes, d’enquêtes policières, d’enfants abandonnés, je lisais pour mieux comprendre le monde et appréhender un peu plus sa profondeur et sa réalité. J’étais à la recherche de sens, et c’est dans les livres que je l’ai trouvé.

En revanche, je n’écrivais toujours pas. Je me souviens avoir essayé très fort sur un sujet qui m’avait inspiré, cherchant avec soin mes mots pour décrire mes émotions. J’avais eu malgré tout, et une fois de plus, une note catastrophique et mes professeurs ne comprenaient pas comment moi, pourtant plutôt bonne élève, je pouvais écrire aussi mal.

Lire la suite de l’article