Mes 10 questions existentielles sur la vie au Texas…

Attention, sujet hautement philosophique du soir, bonsoir !

Après 7 ans ici, je n’ai pas encore répondu à toutes mes interrogations concernant les petits détails de la vie quotidienne au Texas. Je sais pas, moi, y’a vraiment des trucs qui m’échappent… Je vous fais donc la liste, pour voir si je suis la seule à ne pas toujours comprendre mon environnement !

1. Les emballages cadeaux

Au Texas, point de papier cadeau, ça fait un peu cheap. Heureusement, quand on offre un cadeau, il existe une multitude de petits sacs qu’on remplit de papiers froufrous (je parie que vous voyez de quoi je veux parler si vous vivez aux US!).

Ma question existentielle number one : sachant qu’on fait tous la même chose, à savoir récupérer les sacs lors de l’anniversaire de nos propres enfants pour ensuite les distiller tout au long de l’année, ils sortent d’où ces sacs en fait ??? Vous voyez l’œuf et la poule ? Si personne n’en achète, il est où le point de départ ?!

Lire la suite de « Mes 10 questions existentielles sur la vie au Texas… »

Conversion, mon amour

Ce soir, faut qu’on parle d’un sujet sérieux (vous me connaissez) : Les unités de mesure. Vous souvenez-vous du truc horriblement chiant quand il fallait convertir des hectolitres en centilitres en 4ème B avec Mme Dufour ? Vous pensiez ce jour-là que vous aviez atteint vos limites question mathématiques (surtout que bon, j’veux pas critiquer, mais ça nous a jamais vraiment servi des masses les hectolitres depuis la 4ème B avec Mme Dufour…).

Pour être tout à fait honnête, quand je remplissais mes tableaux plein de zéros, jamais je n’aurais imaginé qu’ailleurs dans le monde quelqu’un pouvait avoir eu l’idée saugrenue un jour de se dire que ça serait vachement sympa d’utiliser des gallons au lieu des litres, des Fahrenheit au lieu des Celsius, des miles et des pieds au lieu des kilomètres, ou encore des cups au lieu des grammes.

Ce mec-là a eu le nez creux, moi j’vous dis : il avait sûrement flairé le filon de la vente d’antidépresseurs que tout cela allait engendrer. Il aurait mieux fait d’écouter en 4ème B avec Mme Dufour, ça nous aurait peut être permis à tous de vivre un peu plus sereinement.

Pour illustrer ce que je vous dis, laissez-moi vous raconter une anecdote qui date de quelques années maintenant.  Tout a commencé pendant les fêtes de Noël, où j’ai eu l’idée merveilleuse de vouloir offrir une boîte de gâteaux « home made version Frenchy » aux maîtresses de Salomé (genre madeleines, truffes, cannelés, financiers…). C’était sans compter que les maîtresses ont trouvé ça absolument delicious et m’ont supplié de leur donner les recettes. C’est là que sont rentrées en jeu les unités de mesure et que le cauchemar a commencé.

Lire la suite de « Conversion, mon amour »

Je serai une vraie Texane quand…

Bon, j’avoue… Pour ce premier article post-come back, je vais faire un copiage pur et dur. Mais que voulez-vous, quand ma super copine blogueuse Sandra de l’excellentissime blog Bibliblog a publié cette semaine un article Je serai une vraie japonaise quand…, bah mon sang de Miss Texas n’a fait qu’un tour. Il FALLAIT que je fasse pareil (enfin, avec le Texas, parce que bon, le Japon, je maîtrise pas des masses…)

Bref, je suis pas une vraie Texane, ça se voit (ça s’entend surtout…) mais après 7 ans je continue à me perfectionner chaque jour. Enfin, je crois.

Je serai donc une vraie Texane quand :

Lire la suite de « Je serai une vraie Texane quand… »

Harvey, l’écriture, la reconstruction et moi…

Dis donc, on dirait bien que I’m back ! 5 mois sans (presque) rien écrire, ça peut paraître long, mais ça a été bénéfique pour moi pour faire le point. Il faut dire que ce furent des mois intenses, riches en émotions et en bouleversements en tous genres. J’ai eu besoin de ce break pour réfléchir et voir où la vie allait me mener. Et là où elle me mène actuellement, ça me plaît… beaucoup… Pas de grande annonce ce soir, rassurez-vous, mais restez connectés, car ça bouge chez MissTexas 😉

 

J’étais partie pour vous écrire un article sur le fait que je n’achète plus de vêtements (purée, celui là quand il paraîtra vous pourrez rire car ça doit bien faire 3 ans que je le promets, ah ah !), mais en fait, j’ai un mot qui tourne en boucle dans ma tête depuis que j’ai tapé la première lettre de cet article : Harvey.

 

Harvey, ce cyclone qui nous a touché de plein fouet il y a 5 mois, pourquoi penser à lui, là, maintenant ? Peut être que parce que, justement, c’est Harvey qui est à l’origine de tous ces bouleversements. Et aussi parce que, contrairement à ce que je croyais, une catastrophe naturelle n’est pas juste un passage pénible et éphémère. C’est long, très long, et 5 mois plus tard, nombreux sont encore les personnes en plein dedans…

 

Lire la suite de « Harvey, l’écriture, la reconstruction et moi… »

Harvey, Jour 5 : UPDATE

Tout d’abord, un GRAND merci pour tous vos messages de soutien, vous ne pouvez pas savoir comme ça fait du bien ! Ce que nous vivons tous est vraiment pénible, entre l’enfermement qui se prolonge, la peur pour nos maisons et surtout le stress de savoir nos amis évacués les uns après les autres.

La pluie a plus ou moins cessé, et contrairement à ce qu’annoncent certains médias, Harvey n’est pas en train de se reformer. Encore une fois, je vous conseille d’aller voir le site de spacecityweather, qui donne de vraies infos sans le drama Ce qui est plus inquiétant, ce sont les barrages. L’eau est relâchée petit à petit dans les bayous (nos rivières made in Texas – tu sais, le truc marronâtre avec plein de crocos) afin de les désengorger. Ceci inonde inévitablement les quartiers alentours. Pour l’instant, les barrages sont sous contrôle, et la pluie qui s’est arrêtée est une immense chance afin de drainer le plus vite possible.

 

Flood

La rue derrière chez moi ce midi…

Harvey : récit d’ une semaine hors du temps

Lundi dernier, mon mari, surfeur et donc toujours au point sur les prévisions météo, remarque quelque chose d’anormal dans le golfe du Mexique. Il en parle à ses collègues qui en rigolent. Le soir, plutôt inquiet, il me dit qu’un cyclone est peut être en train de se former et qu’il faut faire attention. C’est la première fois que j’entends parler de Harvey.

Mardi soir, je rentre de l’école avec mes enfants. Je suis fatiguée mais, voyant qu’il me reste un quart d’essence, je décide quand même d’aller faire le plein, au cas où. Une collègue nous envoie un message le soir, nous disant de commencer à nous préparer.

Mercredi matin, je vois en effet sur l’autoroute des panneaux lumineux qui indiquent qu’un cyclone se forme dans le golfe et qu’il faut tout de suite aller s’approvisionner en eau, en vivres et en essence. 6 ans à Houston, première fois que je vois cet affichage. Nous avons déjà de grosses réserves d’eau à la maison, mais aussi des lampes, des piles et des vivres. On va faire des courses le soir même, pour le frais.

Jeudi, le cyclone est dans toutes les discussions à l’école. On se demande si on va pouvoir venir travailler le lendemain. Le soir, la décision tombe : l’école sera fermée vendredi et lundi, au moins. Les magasins commencent à saturer et il est très difficile de trouver de l’eau désormais.

Lire la suite de « Harvey : récit d’ une semaine hors du temps »