Les différentes étapes du bilinguisme

Bon, je vais me faire des cheveux blancs toute seule si je dis ça, mais tant pis je le dis quand même : en août ça fera 5 ans qu’on est à Houston. Gloup’s.

Du coup, je me demandais  tout à l’heure où en était mon niveau d’anglais, après toutes ces années passées ici. Comme j’étais à un feu en voiture et que c’était long, long, long, j’ai eu le temps d’élaborer une théorie : les différentes étapes du bilinguisme chez l’expatrié.

Je vous explique le concept : j’ai remarqué que l’apprentissage d’une langue se fait par paliers. Un jour tu te surprends tout seul par la fluidité de ta prose, et le lendemain, tu te surprends tout seul avec tous ces mots qui ne veulent pas sortir dans le bon ordre de ta bouche. Pas de panique, c’est normal (enfin, je crois) ! C’est juste que tu es à la limite entre 2 paliers, et que selon ton état de fatigue, l’heure de la journée et l’âge du capitaine, tu t’en sors plus ou moins bien… Après, ça rentre dans l’ordre.

 

Les différentes étapes du bilinguisme

Je vais essayer de vous résumer ma théorie du bilinguisme chez l’expatrié, d’après ma petite expérience (amis linguistes qui me lisez, pas d’affolement, je vais encore peaufiner ma théorie avant d’essayer de rentrer à l’académie française…).

Lire la suite de « Les différentes étapes du bilinguisme »

Et pendant ce temps là, dans ma tête…

Depuis quelques mois, je reste presque tous les soirs au square de l’école de mes enfants avec plusieurs mamans ou mamies américaines, et on papote de tout et de rien. En apparence, je dois avoir l’air plutôt à l’aise, en train de compatir pour le chauffe-eau qui a lâché de l’une, ou de me réjouir pour une autre qui vient de retrouver un travail. Je raconte mes petites histoires aussi, de la construction de mon nouveau potager à mes prochains projets de voyage dans le Maine. J’adore ces petits moments d’échange et je les attends avec impatience tous les jours !

Le problème, c’est que derrière les mots qui semblent sortir tout seuls de ma bouche, dans ma tête c’est plutôt… un gros bazar !

 

Lire la suite de « Et pendant ce temps là, dans ma tête… »