Harvey, Jour 5 : UPDATE

Tout d’abord, un GRAND merci pour tous vos messages de soutien, vous ne pouvez pas savoir comme ça fait du bien ! Ce que nous vivons tous est vraiment pénible, entre l’enfermement qui se prolonge, la peur pour nos maisons et surtout le stress de savoir nos amis évacués les uns après les autres.

La pluie a plus ou moins cessé, et contrairement à ce qu’annoncent certains médias, Harvey n’est pas en train de se reformer. Encore une fois, je vous conseille d’aller voir le site de spacecityweather, qui donne de vraies infos sans le drama Ce qui est plus inquiétant, ce sont les barrages. L’eau est relâchée petit à petit dans les bayous (nos rivières made in Texas – tu sais, le truc marronâtre avec plein de crocos) afin de les désengorger. Ceci inonde inévitablement les quartiers alentours. Pour l’instant, les barrages sont sous contrôle, et la pluie qui s’est arrêtée est une immense chance afin de drainer le plus vite possible.

 

Flood

La rue derrière chez moi ce midi…

Harvey : récit d’ une semaine hors du temps

Lundi dernier, mon mari, surfeur et donc toujours au point sur les prévisions météo, remarque quelque chose d’anormal dans le golfe du Mexique. Il en parle à ses collègues qui en rigolent. Le soir, plutôt inquiet, il me dit qu’un cyclone est peut être en train de se former et qu’il faut faire attention. C’est la première fois que j’entends parler de Harvey.

Mardi soir, je rentre de l’école avec mes enfants. Je suis fatiguée mais, voyant qu’il me reste un quart d’essence, je décide quand même d’aller faire le plein, au cas où. Une collègue nous envoie un message le soir, nous disant de commencer à nous préparer.

Mercredi matin, je vois en effet sur l’autoroute des panneaux lumineux qui indiquent qu’un cyclone se forme dans le golfe et qu’il faut tout de suite aller s’approvisionner en eau, en vivres et en essence. 6 ans à Houston, première fois que je vois cet affichage. Nous avons déjà de grosses réserves d’eau à la maison, mais aussi des lampes, des piles et des vivres. On va faire des courses le soir même, pour le frais.

Jeudi, le cyclone est dans toutes les discussions à l’école. On se demande si on va pouvoir venir travailler le lendemain. Le soir, la décision tombe : l’école sera fermée vendredi et lundi, au moins. Les magasins commencent à saturer et il est très difficile de trouver de l’eau désormais.

Lire la suite de « Harvey : récit d’ une semaine hors du temps »

6 ans au Texas !

Les amis, je suis émue. Le 21 août est un jour un peu spécial pour moi : il y a 6 ans jour pour jour, je disais un dernier au revoir à la France.
Nous sommes partis le 22 août 2011 vivre aux US, mais je ne compte pas ce jour là, où j’étais déjà en mode pilotage automatique (un vol de 10h avec un enfant d’un an, faut le vivre – en faisant un million d’aller-retour dans les allées, à moitié courbé – pour le croire).

Ce 21 août, donc, j’ai appelé une dernière fois toute ma famille et mes amis. J’étais heureuse, j’étais terrifiée, j’étais excitée, j’étais perdue, mais surtout, j’étais épatée. Épatée de me dire que je partais au bout du monde, avec mon mari, ma fille, et quelques valises (et un siège auto, et une poussette, et un sac à langer…). Épatée de me dire que si j’en étais là, c’était grâce à moi. Épatée de me dire que je ne savais pas où j’allais dormir le lendemain soir, ni ce que j’allais manger, ni à quoi allait ressembler la ville. Épatée de partir sans travail, sans maison, sans voiture, sans Social Security Number (ah, celui-là…), sans téléphone. Sans aucune idée de ce à quoi allait ressembler ma nouvelle vie, tout simplement.
Ce jour-là, entre une boule dans la gorge, un nœud dans l’estomac, et sûrement quelques larmes me connaissant, j’ai ressenti une immense fierté de bousculer toutes mes habitudes de vie pour plonger dans le grand bain américain.

Lire la suite de « 6 ans au Texas ! »

Le championnat du monde de Rodéo (yee-haw!) – Partie 1

9h30 un dimanche matin, un Robin sous le bras, une Salomé sous l’autre, un mari et un groupe de potes prêts à rigoler, une voiture garée à perpet’, des billets d’entrée en poche… Rodéo de Houston, nous voilà, yee-haw !

 

Le Rodéo de Houston, c’est un peu comme ma 2ème maison. D’ailleurs, la première fois que j’y suis allée, c’était en 2007, à une époque oubliée où je n’avais pas encore d’enfants, un ventre plat et des yeux sans cernes. C’est aussi l’époque où on avait visité Houston « pour voir », que j’avais vu, et que je m’étais dit que « jamais Ô grand jamais » je ne viendrais vivre dans cette ville horrible ! Ça, c’est ce qui s’appelle être visionnaire ou je m’y connais pas !

 

Le Rodéo, c’est pas compliqué : dans un immense stade, des cow-boys venus du monde entier (= du Texas) combattent pour saucissonner le plus vite possible de pauvres veaux qui pour le coup n’ont vraiment rien demandé, ou pour essayer de tenir le plus longtemps possible sur un cheval ou un taureau en furie. Autour du stade, c’est le salon de l’Agriculture version Far West : on admire la faune locale (des Longhorns et autres zébus) et on déguste des produits du coin (ah ça…). Et puis, si on a encore de l’énergie, on peut même aller braver la foule pour faire un tour de grand 8 dans l’immense fête foraine qui s’étend autour du stade (moi j’appelle ça une vogue… Y a t-il des Lyonnais dans la salle ?!)

Lire la suite de « Le championnat du monde de Rodéo (yee-haw!) – Partie 1 »

Les cow-boys, notre seconde culture…

Savez-vous ce que je trouve épatant lorsque nous assistons au grand défilé des cow-boys du monde entier venus concourir pour le championnat du monde de rodéo qui se déroule tous les ans au mois de février à Houston ?

Je pourrais vous dire que c’est d’admirer les buildings du centre-ville de Houston :

 

Rodéo 2016, c'est parti !

 

Lire la suite de « Les cow-boys, notre seconde culture… »

Quand le Rodéo s’invite à l’école…

Chaque année, au mois de février, toute la ville de Houston est en effervescence (et moi avec ^^) : c’est THE moment de l’année où les cow-boys du monde entier (du Texas, quoi) viennent s’affronter au championnat du monde de rodéo, rien moins que ça !

Petit aparté : est-il raisonnablement raisonnable de parler du championnat du monde quand tous les concurrents viennent du Texas, à quelques exceptions près ? Vous avez 4 heures…

Bref, les cow-boys du monde entier (dans un rayon de 500 kms autour de Houston) prennent chevaux, carrioles, femme (j’mets pas au pluriel, ça va faire des histoires), enfants, téléphone portable et chauffage intégré et parcourent tels des braves à dos de pick-ups géants les quelques kilomètres les séparant de Houston, pour venir se retrouver pour camper dans un immense parc un vendredi soir, défiler partout dans la ville le samedi matin, puis rejoindre un immense stade où ils s’affronteront pendant quelques semaines pour obtenir le titre de meilleur attrapage de veau en pleine course du monde !

Cette année, pour cause de SuperBowl à Houston, le rodéo a été reporté de quelques semaines, et il se déroulera donc au mois de mars. Mais les écoles ont maintenu leurs traditionnels « Go Texan Day » en février et c’est donc avec une joie non dissimulée que nous avons participé à cette grande fête dans mon école (qui est aussi celle de Salomé) et dans celle de Robin.

Comme j’ai eu une semaine très chargée, je me base pour cet article sur mes photos et mes textes de l’année dernière, j’espère que vous m’en voudrez pas !

Lire la suite de « Quand le Rodéo s’invite à l’école… »

Mes bêtes sauvages, Houston et moi

Moi, y’a un truc que je comprends pas.

Si je tape Houston dans mon ami Wiki, j’apprends que c’est la 4ème ville des États-Unis. VILLE. Une des plus grosses d’une des plus grandes puissances au monde. Une ville avec des voitures, des magasins, de la pollution, des gens stressés et tout, et tout. Une ville, quoi (et moi on me l’a fait pas question ville, je viens de Lyon, tout de même) !

Donc dans une grande ville, si tout va bien, on devrait trouver des moineaux, des pigeons, des fourmis et, avec un peu de chance, quelques écureuils roux sautillants de branche en branche. Mignon, quoi.

Bah à Houston, on a un problème (Allô Houston ?). Y’a des tas d’animaux qui se sont perdus en chemin et qui ont atterri là ils devraient pas être, je vous jure. D’ailleurs je vais faire plus que vous jurer, je vais vous montrer.

Attention, toutes les photos sont réelles et ont été prises depuis ma maison, voire DANS ma maison. Soit j’ai pas de bol, soit je les attire, c’est pas possible.

Houston Texas’s Arche de Noé, c’est par ici que ça se passe !

Lire la suite de « Mes bêtes sauvages, Houston et moi »

Vivre au Texas… Voilà pourquoi je ne peux plus m’en passer !

« Et dis donc chérie, si on partait vivre au Texas ? »

Dans une vie idéale : « Oh, quelle fabuleuse idée ! Le Texas, j’en rêve depuis toujours ! Tu te rends compte, les cow-boys intrépides, la gastronomie élaborée, l’écologie de pointe, la mode délicate, le climat tempéré ! Et les armes ! Et la religion ! On part quand ???!!! »

Dans la vie réelle : « Ah ?! Ah, ah ! Ah ah ah ah ah ah !!! Euh…? T’es sérieux là ? »

 

Je vous ai déjà raconté qu’avant de venir vivre au Texas j’étais déjà venue en 2007 à Houston, juste pour voir ? Que j’étais repartie en éclatant de rire, parce que jamais Ô grand jamais on ne me ferait mettre un pied ici pour y vivre ?! Que j’avais trouvé la ville horriblement moche et mortellement plate, que j’avais détesté la bouffe et qu’en plus je comprenais pas un mot de ce qu’ils marmonnaient ?!

Comme je vous l’ai expliqué dans mes deux précédents articles sur ce que je n’aime pas dans la vie au Texas (à lire ici et ), il y a des choses qui me rendent dingues ici, comme les armes, la malbouffe, l’écologie, la politique, le système de santé ou encore la course à la réussite… Vous avez été très nombreux à réagir à la lecture de tous ces problèmes et à me demander comment je fais pour rester ici. Parce que oui, j’aime la vie au Texas profondément, peut être même plus que la vie en France, et je crois que nous aurions beaucoup de choses à apprendre de ce pays pour vivre de manière plus harmonieuse dans le notre.

 

Texas, I love you d’amour, et je vais essayer de montrer au monde entier pourquoi maintenant !

 

Lire la suite de « Vivre au Texas… Voilà pourquoi je ne peux plus m’en passer ! »